Une pépinière "mellifère" sur les hauteurs du Thier-à-Liège

Avec le mauvais temps du mois de mai, les jardiniers ont pris du retard, et c’est donc maintenant le moment de repiquer les plantes annuelles ou vivaces. Elles s’achètent dans des jardineries ou des pépinières classiques. Parfois, auprès de producteurs plus particuliers : sur les hauteurs du quartier liégeois de Sainte-Walburge, un groupe apicole propose des nigelles, des capucines, des bleuets, des sainfoins, des phacélies, des sédums remarquables, pour embellir les espaces verts, mais pas seulement.

Ce sont des mellifères, c’est-à-dire des fleurs que les abeilles apprécient particulièrement. L’objectif : favoriser les insectes pollinisateurs, et grâce à eux, soutenir la biodiversité. C’est sur un terrain communal que l’association "les reines de Liège" a installé son rucher, puis ses serres. Kim Maréchal en est le vice-président : Nous sommes des bénévoles, nous n’avons pas envie de grandir vite ; nous avons l’un ou l’autre point de vente en magasin, et les gens viennent ici les vendredis samedis et dimanches acheter nos productions. Les retours sont positifs, nos plantes tiennent bien ; elles sont vivaces ou alors annuelles qui se ressèment aisément. Nous les choisissons pour ça, d’ailleurs…"

Des arbres et des arbustes, pour un projet de microjungle

Et désormais, en plus, quelques arpents de terre sont consacrés à des jeunes pousses de marronnier, de tilleul, de sorbier des oiseleurs, des essences à fleurs, toujours dans un esprit d'apiforesterie. Des espèces indigènes à combiner entre elles. C'est un projet pilote de microjungle, inspiré des méthodes d'un botaniste japonais. L'objectif, c'est d'implanter ce genre d'oasis de biodiversité en de multiples endroits. D'essaimer auraient dit les abeilles...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK