Une nouvelle coopérative pour réimplanter la culture du blé sur le plateau de Herve

Du blé à la farine dans un premier temps, puis de la farine au pain dans le futur
Du blé à la farine dans un premier temps, puis de la farine au pain dans le futur - © RTBF - Olivier Thunus

C'est l'histoire d'un grain, le blé, dont la culture autrefois florissante sur le plateau de Herve a disparu de ce dernier au 16ème siècle lorsque Charles Quint interdit la vente des céréales aux protestants, importants clients des producteurs herviens. Depuis, les champs y ont cédé la place aux pâtures, mais une coopérative à finalité sociale veut relancer la culture du blé et sa transformation en farine bio, puis à terme en pain.

L'histoire d'un grain, c'est le nom de cette coopérative et de son projet. Une belle histoire qui ne demande qu'à renaître. Les quatre fondateurs de la coopérative en sont convaincus. Leur projet : réimplanter cette céréale sur le plateau de Herve et la transformer en farine.

Cette coopérative va aller d’un grain de qualité à une farine de qualité. Ensuite, elle sera vendue principalement aux paysans-boulangers, qui vont la transformer en pain de qualité. On va planter notre premier blé en octobre et donc dans un an, un an et demi, on va avoir notre première récolte de notre blé. En attendant, l’agriculteur avec qui on est en association a déjà du blé et nous allons pouvoir accéder à ce blé et le racheter en attendant notre blé à nous ", précise Mathilde Georis, co-fondatrice.

Quant au moulin, la coopérative en dispose déjà : " On l’a. Un très beau moulin Astrier qui peut faire à peu près 15 kg de farine par heure. Et donc si on le fait travailler cinq jours par semaine, sept heures par jour, on arrive à avoir deux tonnes par mois, ce qui est ridicule pour un moulin mais vraiment très bien pour à notre échelle. La farine sera aussi vendue en circuit court par plein de petites filières ", ajoute-t-elle.

Appel à coopérateurs

Pour mener leur projet à bien, 216.000 euros sont nécessaires. Un appel à coopérateur est lancé pour une partie de la somme : " C’est un appel privé à l’épargne qui est lancé ce 4 mai pour une durée de deux mois. Ce sont des parts de 250 euros, limitées à vingt parts par coopérateur. Nous sommes aussi limités à un total de 99 750 euros. Ça va nous permettre de financer notre coopérative et à l’achat des premiers hectares (à Clermont). Dans notre plan financier, on atteindra l’équilibre en décembre 2019 et en plus dans ce plan, on a prévu l’engagement d’une personne à mi-temps ", détaille Caroline Simaÿs, co-fondatrice.

Un des quatre fondateurs est aussi artisan-boulanger. Il transformera en pain une partie de la farine produite. Et pour en savoir plus ou pour devenir coopérateur, un site internet : histoiredungrain.be. Une soirée d'information sera aussi organisée le 17 mai à 17h30 à l'abbaye du Val Dieu.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK