Une nouvelle agence immobilière sociale pour le plateau de Herve

Quatre communes se sont unies pour créer cette agence immobilière sociale du Pays de Herve
Quatre communes se sont unies pour créer cette agence immobilière sociale du Pays de Herve - © RTBF

Une nouvelle agence immobilière sociale vient d'être créée. Elle sera active dans les communes de Herve, Blegny, Dalhem et Visé et devrait pouvoir proposer ses premières locations début 2017. Une AIS, c'est un intermédiaire entre un propriétaire et un locataire. Le but est de proposer des biens en location à un prix inférieur à celui du marché tout en garantissant une série d'avantages pour les propriétaires.  

28 agences immobilières sociales existent déjà en Wallonie, pour un total de 5500 logements mis en location. Elles répondent à un réel besoin, notamment pour des personnes qui ne répondent pas aux conditions d'octroi d'un logement social mais qui ne sont pas en mesure de payer un loyer au prix du marché. Il y a aussi des avantages pour les propriétaires : " C’est l’AIS qui trouve des locataires pour leur bien et eux ont un pourcentage du loyer, et donc c’est un revenu garanti pour eux, sans les soucis d’une relation traditionnelle entre un propriétaire et un locataire. Quant aux locataires, ils font appel à l’AIS et en fonction de leur besoin l’agence leur attribue un logement ", explique Pierre-Yves Jeholet, bourgmestre de Herve.

Autre avantage pour les propriétaires, la remise en état du bien à la fin de la location. Quant aux locataires, ils sont accompagnés : " L’atout de l’AIS pour les locataires, c’est vraiment qu’il y a un accompagnement social. On parle même de pédagogie de l’habitat. Outre simplement louer un bien, le locataire est accompagné dans sa manière d’habiter, ce qui lui permet de s’approprier le logement et de s’y épanouir ", précise Eric Jérôme, le président du CPAS de Herve.  

Les loyers se situent à mi-chemin entre le logement social et le prix du marché. Et la demande est réelle, notamment sur le plateau de Herve où les loyers sont plutôt élevés : " Ça ne sera pas uniquement destiné aux personnes qui ont accès au logement social.  C’est aussi pour la classe moyenne. Il y a une demande parce que les prix sont assez élevés en moyenne dans nos communes, dû en partie à leur localisation, leur qualité de vie et au type d’habitat. Néanmoins, il y a énormément de personnes qui souhaiteraient rester dans leur commune et c’est pour moi l’avantage prioritaire ", souligne Arnaud Dewez, bourgmestre de Dalhem.

A Dalhem, il y a déjà des marques d'intérêt de propriétaires, notamment des fabriques d'église pour la mise en location de presbytères.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK