Une fermeture des frontières menacerait les récoltes du secteur horticole

La récolte des fraises est la première qui se profile
La récolte des fraises est la première qui se profile - © RTBF - Martial Giot

Le secteur horticole s’inquiète d’une fermeture des frontières liée à l’épidémie de coronavirus.

L’association des coopératives horticoles belges l’a fait savoir à la Commission européenne. Il lui demande de garantir la libre circulation des marchandises et des travailleurs saisonniers.

D’importantes récoltes approchent. Or la plupart des 48.000 saisonniers qui travaillent chaque année pour les horticulteurs belges viennent de l’étranger.

Jean-Philippe Morrier, producteur de fruits à Haccourt, témoigne : "Ici, pour le moment, on n’a pas de souci. Mais si la situation ne change pas, puisqu’on dit que cela pourrait encore durer deux mois, pour la récolte des fruits d’été, notamment pour les personnes qui ont des fraises, là il risquerait d’y avoir une pénurie de main-d’œuvre saisonnière. Les fraises, ça commence tout doucement dans ce qui est fraises dans des serres chauffées. Tout ce qui va venir dans les cultures traditionnelles, en général, ça commence au mois de mai. Après les fraises, ce sera la saison des cerises, en général, ça commence vers le 20 juin. Nous avons besoin d’énormément de mains pour faire tous les différents travaux, des travaux de cultures comme des travaux de conditionnement des fruits. De moins en moins, on a l’opportunité d’occuper du personnel saisonnier local, je vais dire, la plupart du personnel saisonnier depuis quelques années vient principalement des pays de l’Est, principalement de Pologne et puis de Roumanie et de Bulgarie."
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK