Une équipe de handball en fauteuil roulant voit le jour à Beyne-Heusay

Une équipe de handball en fauteuil roulant voit le jour à Beyne-Heusay
Une équipe de handball en fauteuil roulant voit le jour à Beyne-Heusay - © Facebook

C'est une grande première dans le milieu du handisport. Une équipe de handball en fauteuil roulant vient de voir le jour à Beyne-Heusay, en région liégeoise. L'Union Beynoise (en collaboration avec l'ASBL Cap2Sports) est ainsi le seul club de handball francophone à dispenser des entraînements pour personnes à mobilité réduite.

Proche du handball traditionnel

On connaissait le tennis et le basket en fauteuil roulant, voici désormais le handball adapté aux personnes à mobilité réduite. Une équipe vient de se constituer en région liégeoise sous l'impulsion de l'entraineur Pierre Pigoury. Ce joueur de l'Union Beynoise, diplômé en ergothérapie, entend développer cette discipline finalement pas si éloignée du handball traditionnel: "Concrètement, les règles sont à peu près les mêmes qu'au handball classique. Les joueurs se trouvent dans un fauteuil et ont le droit à toucher trois fois les cerceaux du fauteuil, ce qui correspond à trois pas au handball classique. Et la taille du but est réduite pour qu'ils puissent atteindre la balle en chaise. Ça s'adresse aussi bien soit à des personnes à mobilité réduite qui sont en fauteuil, soit à des personnes à mobilité réduite qui peuvent aussi se déplacer mais qui auraient du mal à faire un sport en station debout. Et ici, on a également des participants qui sont des anciens handballeurs valides et qui ont fait le choix de continuer cette pratique car c'est moins de contraintes sur les membres inférieurs".

Des joueurs valides avec les joueurs non-valides

Le handball en fauteuil roulant correspond donc à la philosophie de Cap2Sports. Cette ASBL prône l'inclusion dans les différentes activités en intégrant les valides aux non-valides afin que ceux-ci puissent pratiquer leur discipline sportive. Christian Pirard, fondateur de Cap2Sports: "C'est vrai qu'il y a des personnes qui ne jouaient plus à cause de problèmes aux genoux, de problèmes articulaires, ou de problèmes divers. Et là on les voit dans nos fauteuils et ils sont vraiment devenus accros apparemment puisqu'ils n'ont encore loupé aucun entraînement jusqu'à présent".

Parmi les joueurs valides appelés à compléter l'équipe, Yannick, un des piliers de l'Union Beynoise: "C'est relativement différent comme on s'y attend. Maintenant, on retrouve quand même quelques sensations parce qu'on fait des passes, on peut jouer avec tout le haut du corps comme on peut le faire dans notre sport habituel mais il y a quand même des différences dues au fait qu'on a les jambes immobilisées. Du coup, c'est beaucoup plus compliqué. Ne se servir que des bras et ne pas avoir de mobilité au niveau des jambes, ça pousse à réagir de manière différente. Mais c'est une chouette expérience en tout cas".

Très physique, avec des efforts intenses

L'occasion donc pour les joueurs non-valides de pratiquer le handball et cela, malgré leur handicap. Luc et Florian ont ainsi découvert un sport qui leur procure déjà pas mal de satisfactions: "On fait déjà du basket avec Cap2Sports, donc c'est un peu différent. Je n'avais jamais fait de handball avant, c'est une première pour moi. C'est très physique, des efforts très intenses à court terme. C'est un peu plus intense que le basket, un peu plus de contacts, c'est plus fun". "C'est vraiment chouette. Au début, c'était un peu chaud. Le premier entrainement, j'avoue que j'ai eu un peu du mal le lendemain au niveau des bras. Mais au fil des entrainements, ça commence à rentrer".

Un sport d'entraide et de partage

Certains partenaires valides se prêtent également au jeu pour aider les non-valides. Des joueurs qui viennent du club de Beyne: "Ils jouent bien, ils tirent assez bien, mais en chaise, ils ont un peu plus de mal. Ça rééquilibre un peu" explique Florian. Les autres joueurs doivent donc s'adapter au fauteuil roulant, condition sine qua non pour pouvoir pratiquer ce sport qui véhicule des valeurs d'entraide et de partage, comme en atteste Frédéric, passionné, comme ses équipiers, par cette nouvelle discipline: "C'est ça qui est sympa. Eux sont beaucoup plus familiarisés au fauteuil et on les aide dans le sport d'équipe. C'est vraiment de l'entraide et c'est vraiment super sympa comme sport. Pourvu que ça continue et qu'il y ait des nouveaux en plus pour qu'on soit de plus en plus nombreux".

A noter que le club de Beyne recherche encore des joueurs pour compléter son équipe en fauteuil roulant (8 joueurs participent actuellement aux entraînements). L’équipe entend toutefois intégrer rapidement le championnat de Belgique avec les équipes néerlandophones mais aussi participer à des tournois en France.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK