Une effigie de "miniss" promenée et brûlée au carnaval du Nord à Liège

L'effigie de la ministre Marghem a été promenée dans les rues durant le cortège carnavalesque
3 images
L'effigie de la ministre Marghem a été promenée dans les rues durant le cortège carnavalesque - © RTBF - Olivier Thunus

A côté des grands carnavals comme Binche, Eupen ou Stavelot, il s’en trouve de plus petits. C’est le cas du seul carnaval de Liège, qui se déroulait ce samedi dans le quartier Saint Léonard. Le carnaval du Nord, c’est son nom, est aussi un événement engagé puisqu’il se termine en brûlant l’effigie d’un ministre.

Dans le carnaval du Nord, pas de grands chars, pas de puissants tracteurs, pas de sono assourdissante. Plutôt des véhicules tractés à la force des mollets, une fanfare, des percussions, mais des participants tout aussi souriants qu’ailleurs. Pour le quartier, c’est un événement important. Nicolas y participe depuis des années : " C’est important. C’est un des événements phares du quartier, qui commence à attirer des personnes d’ailleurs et qui a une chouette assise dans le quartier ".

Le public est plus clairsemé dans les rues du quartier, mais la ferveur populaire est bien présente, que les spectateurs soient locaux ou venus de plus loin. " C’est très bien. Ca met de l’ambiance et ça occupe les enfants. Ils attendent ce moment depuis le début de l’année et ne parle que de ça et là on y est enfin " , explique un spectateur du quartier. Une autre spectatrice, venue de plus loin, est tout aussi conquise : " C’est la première fois que je le vois, je le découvre. Je ne suis pas du tout de la région donc ça me permet de découvrir un carnaval différent ".

Le carnaval du Nord est aussi un événement engagé. On y chasse le "miniss" et cette année, c’était la ministre du Développement durable Marie-Christine Marghem dont l’effigie a été brûlée sur le bûcher final. Un bûcher formé de voitures en bois.  " Ca reste un carnaval engagé. On brûle une "miniss" qui nous semble avoir fait particulièrement du mal à la planète et à notre quartier. Et le bûcher est un empilement de voitures réalisées en palettes. C’est un clin d’œil aussi à la masse critique qui avait été un peu bousculée il y a quelques mois ici à Liège ", explique Yvan, organisateur.

Un bûcher qui s'est embrasé sous les hourras de la foule.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK