Une chapelle moderne sort de terre à Saint-Georges-sur-Meuse

La nouvelle chapelle devrait être construite assez rapidement
2 images
La nouvelle chapelle devrait être construite assez rapidement - © Obvius architecture

C’est peu commun par les temps qui courent : à Saint-Georges-sur-Meuse, une petite chapelle est en train de sortir de terre. Un édifice dédié à Notre Dame de Hal. Le bâtiment est en fait construit en lieu et place d’une autre petite chapelle, qui tombait en ruine.

Un euro symbolique, c’est ce qu’a déboursé la fabrique d’église de Saint-Georges-sur-Meuse, pour acheter cette petite chapelle de la fin du XIXe siècle. Le bâtiment est délabré, au point que les autorités communales le considèrent comme dangereux. De plus, son esthétique ne fait pas l’unanimité. "Son aspect me semblait extrêmement rebutant", avoue même Philippe Gilbert de Cauwer, le président de la fabrique d’église locale. "C’était une espèce de guérite de soldat, fermée, sans fenêtre, avec des grilles, austère. Il y avait une petite statue de la vierge, très ordinaire à l’intérieur", se souvient-il.

"En cette période de pandémie, des oasis comme celle-ci, il en faut"

Il y a quelques mois, la chapelle est donc détruite. Début avril, un nouveau bâtiment commence à sortir de terre. En réalité, c’est un petit oratoire, plutôt qu’une véritable chapelle. "Ce n’est pas un endroit clos. Nous voulions un lieu ouvert : un petit toit en ardoise naturelle, supporté par deux pilastres en chêne. Dans le fond, nous mettrons une petite représentation de la Vierge, mais qui sera la plus simple possible. Comme l’endroit est ouvert, les risques de vol et de dégradation sont importants".

Pierre Claver Nkussi, le nouveau curé de la localité, compte bien faire vivre ce nouvel oratoire. "Ce sera une oasis de paix et de tranquillité où on pourra allumer une bougie et se recueillir. En cette période de pandémie, des oasis comme celle-ci, il en faut. La construction de la chapelle devrait aller assez vite. En tout cas, elle sera fin prête pour les cérémonies du 15 août."

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK