Wanze: les jardiniers du golf de Naxhelet utilisent un maximum de produits biologiques

Wanze: les jardiniers du golf de Naxhelet utilisent un maximum de produits biologiques
8 images
Wanze: les jardiniers du golf de Naxhelet utilisent un maximum de produits biologiques - © RTBF - Marc Mélon

Un terrain de golf bio. C'est ce que vous trouverez à Moha, sur la commune de Wanze, dans la vallée de la Mehaigne. Les jardiniers du golf Naxhelet ont complètement abandonné les pesticides. Et les golfeurs l'assurent: le gazon reste d'excellente qualité.

Le chef jardinier Frédéric Cahay est très fier de son gazon haut de trois millimètres. Un gazon sur lequel marchent les golfeurs et qui doit être costaud et qui est déjà presque 100% bio: "Pour l'instant, on utilise encore quelques produits phyto, mais vraiment très très peu. Les cuves prévues pour la pulvérisation, contiennent du sucre et des algues. Le sucre pour amener de l'énergie à la plante pour qu'elle puisse se défendre. Et les algues pour stimuler l'enracinement, parce que la santé de la plante passe par ses racines". Un système avant tout préventif: "On travaille énormément sur le préventif parce que la plante doit pouvoir se défendre seule".

Objectif 100% bio

Et le terrain est de bonne qualité, comme en témoigne Alain Hubrick, joueur de golf: "Quand on voit la qualité des greens, ça n'a pas été sans mal, ça a donné beaucoup de tracas au patron et aux jardiniers. Mais maintenant, même avec des produits essentiellement biologiques, on arrive à avoir un terrain d'une bonne qualité".

"On fait énormément de choses" explique Frédéric Cahay. "Les greens n'ont pas été pulvérisés depuis quatre ans avec aucun pesticide, on travaille avec des panneaux photovoltaïques, on a des ruches sur le site ... C'est vraiment une philosophie avant tout. L'année prochaine, nous serons 100% bio, c'est l'objectif, vraiment".

A noter que les produits phyto-pharmaceutiques seront interdits dès le 1er juin de l'année prochaine dans les espaces verts et les terrains de sport et de loisirs privés auxquels le public peut accéder.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK