Un Stavelotain qui abusait de jeunes fugueurs condamné à quatre ans de prison

Le palais de justice de Verviers.
Le palais de justice de Verviers. - © Google Maps

Le tribunal correctionnel de Verviers a condamné mardi un Stavelotain de 45 ans à une peine de quatre ans de prison avec sursis probatoire pour un quart de la peine. L'homme était poursuivi pour viols, attentats à la pudeur, corruption de la jeunesse sur de jeunes fugueurs et détention de matériel pédopornographique. Il a été acquitté pour certains faits de mœurs et la détention de matériel pédopornographique.

Le tribunal a stigmatisé la longueur de la période infractionnelle, les conséquences de son comportement sur les plans psychoaffectif et sexuel des victimes déjà fragilisées par la vie tout en pointant la personnalité du prévenu. L'homme a été traumatisé à la suite d'un accident de circulation, comme l'a souligné le collège d'experts.

Le Stavelotain avait été interpellé en août 2016 après la découverte, à son domicile, de deux jeunes fugueurs. L'enquête allait démontrer que l'un d'eux se rendait régulièrement à son domicile et subissait viols et caresses contre rémunérations qui, sur les 18 mois durant lesquels les faits ont été commis, se sont élevées à 9000 euros.

Le quadragénaire avait partiellement reconnu à l'audience les préventions mises à sa charge. Le dossier avait par ailleurs révélé que le Stavelotain avait, depuis 2000, des comportements déviants en accueillant à son domicile des jeunes à la dérive. Le prévenu avait d'ailleurs reconnu une attirance pour les jeunes et exprimé des regrets par rapport à ses agissement.

L'habitation s'est aussi avérée être une "foire du sexe", comme l'avait souligné le parquet au regard de liste du matériel érotique découvert lors de la perquisition. Le substitut de Villers Grand Champs avait réclamé dix ans de prison ferme afin de protéger la société.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK