Un silure de plus de deux mètres pêché durant le premier concours belge du genre à Flémalle

Ce silure ne fait que la moitié de la taille d'un autre pêché durant le concours
Ce silure ne fait que la moitié de la taille d'un autre pêché durant le concours - © RTBF - Benjamin Carlier

C'est un poisson peu ragoûtant qui faisait l'objet ce dimanche à Flémalle d'un concours international de pêche. Le silure, puisque c'est de lui qu'il s'agit, peut dépasser les deux mètres de long.

L'équipage dont fait partie Damien Godfrin, pêche le silure depuis quatre ans. Une pêche sportive qui nécessite du matériel adapté car ce poisson peut atteindre les deux mètres de long et peser jusqu'à 90 kg : "Il faut avoir le bon matériel. Parfois, c’est très compliqué parce qu’il se cache sur le fond donc là ça devient très compliqué de le faire monter, mais on a tout ce qu’il faut pour le faire ‘décoller’ mais s’il n’a pas faim ou envie, ça devient vraiment ardu ", précise-t-il.

Et alors que l'équipage prépare ses premiers appâts, un premier groupe rentre déjà au port. Dans son embarcation, deux silures de plus d'un mètre chacun. Pour les 14 autres équipages, ça ne mord pas beaucoup. Le silure aime les eaux chaudes et l'arrêt temporaire de la centrale nucléaire de Tihange, qui rejette habituellement de l'eau chaude dans la Meuse, ne les aide pas : "On s’était basé sur la centrale nucléaire qui allait donner mais elle ne donnera normalement que lundi donc l’eau est à 7-8 degrés et je pense que ça influe beaucoup", analyse Pierre Mouchet, pêcheur.

Le silure avait disparu de nos eaux lors d'une période de glaciation au 14ème siècle. Il n'est de retour que depuis le début des années 2000. Un poisson omnivore qui n'est pas dangereux pour l'écosystème local, selon Cédric Cantillon, l'organisateur du concours : "C’est un poisson qui mange d’autres poissons mais qui mange aussi tout ce qu’il trouve : des moules, des écrevisses et tous les déchets qu’il trouve sur le fond de la Meuse".

Durant le concours, un silure de plus de deux mètres a pu être pêché.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK