Un routier liégeois intervient pour aider des migrants cachés dans une remorque

Des migrants tentent régulièrement de se cacher la remorque de poids lourds (photo prétexte)
Des migrants tentent régulièrement de se cacher la remorque de poids lourds (photo prétexte) - © KURT DESPLENTER - BELGA

Un petit incident impliquant un chauffeur belge de camion et des migrants s'est déroulé ce vendredi matin juste après la frontière néerlandaise, près de Visé. Le chauffeur est intervenu pour permettre la fuite de migrants enfermés dans une remorque de camion.

C'est en s'arrêtant au premier parking autoroutier après la frontière afin d'y retirer une vignette permettant de circuler aux Pays-Bas que le liégeois Bjorn Vidakovic a été interpellé par l'employée de la station-service : " Une fois sorti du camion, l’employée de la station est venue me demander de bloquer les portes d’un autre camion pour empêcher quatre personnes de sortir de la remorque. Le chauffeur du camion avait appelé la police et empêchait ces personnes de sortir. Pendant que nous discutions, les quatre personnes ont fait un trou dans la bâche du camion pour essayer de s’échapper. Trois personnes ont pu sortir et la quatrième a été bloquée par le chauffeur du camion. Et là, je me suis mis devant le chauffeur et j’ai clairement défendu ces quatre personnes ", témoigne-t-il.  

Les quatre migrants ont ainsi finalement pu s'échapper. Et s'il ne cautionne pas le fait que des migrants se cachent dans des remorques de camion, ce chauffeur n'accepte pas pour autant de les livrer à la police : " Si je devais me retrouver avec des personnes dans la remorque, je n’apprécierais pas, mais à partir du moment où ils n’ont pas fait de dégâts, je leur dirai que je ne cautionne pas le fait de les transporter et je leur demanderai de sortir. Je ne veux pas me retrouver dans un engrenage malgré moi, mais si le cas m’arrivait, en aucun cas je n’essaierais de les bloquer pour les faire arrêter par la police ", se défend-il.

Durant son intervention, le liégeois a essuyé quelques propos un peu rudes, mais n'a pas fait l'objet de violence.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK