Coronavirus en Belgique: vers un redémarrage rapide des contrôles techniques automobiles ? Pas du goût des syndicats

C'est la grogne, parmi le personnel d'AutoSécurité
C'est la grogne, parmi le personnel d'AutoSécurité - © vincent duterne

Tous les conducteurs qui ont déjà passé un véhicule sous l’inspection de la société Autosécurité peuvent sans difficulté imaginer la difficulté matérielle d’organiser la distanciation sociale dans ce genre d’organisme : échanges de documents de bord, prise en main de la voiture… Comment éviter les risques de contamination ? Les activités ont été suspendues dès le début des premières mesures de confinement.

Mais avec la prolongation, des difficultés administratives surgissent, notamment pour les propriétaires de poids lourds, qui, pour les compagnies d’assurances, doivent absolument disposer d’une attestation de conformité. Et, par les temps qui courent, le transport routier est devenu indispensable au ravitaillement.

D’où la volonté de la ministre de tutelle, Valérie De Bue, d’un redémarrage à très brève échéance, cette semaine encore. Ce qui n’est pas du goût des syndicats. Comme le dit Francis Lamberg, du SETCa, "nous n’avons pas été consultés ; nous ne savons pas quels services seraient relancés, mais même pour remettre des cartes temporaires, il faut prendre des dispositions pour protéger le personnel ; quand les contrôles techniques étaient toujours de compétence fédérale, la concertation fonctionnait parfaitement. Or, ici, la direction, quand nous l’interrogeons, nous dit qu’elle a dit à la ministre qu’elle a besoin de temps encore pour reprendre les activités".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK