Un public ému pour commémorer la mémoire d'Amaury Delrez

La police de la zone des Fagnes et des zones voisines ont rendu un hommage ce lundi matin à leur collègue décédé, Amaury Delrez. Le policier de 38 ans avait été abattu la nuit du 26 au 27 août 2018 lors d’une intervention consécutive à une bagarre.


►►► A lire aussi : Une commémoration ce lundi à Spa, en mémoire d’Amaury Delrez


Sur place, une centaine de policiers étaient présents ainsi qu’un public nombreux composé de Spadois, de membres d’autres corps comme les pompiers et de nombreux anonymes.

Au cours de la cérémonie, un violon a notamment entamé la musique de la Liste de Schindler et la Brabançonne. La famille d’Amaury Delrez était également présente, entourée par les policiers de la zone Fagnes. L’épouse d’Amaury Delrez et ses enfants ont ensuite dévoilé la stèle commémorative, accompagnés de Sophie Delettre, bourgmestre de Spa et présidente du Collège de police de la zone Fagnes. Une bourgmestre qui a souligné que "Ne pas oublier, c’est respecter votre métier. Les citoyens de notre zone de police ne s’y sont pas trompés".

 

Toujours proches des policiers, des pompiers étaient également présents. Parmi eux, le colonel Quentin Grégoire, chef de corps de la zone Vesdre-Hoëgne et Plateau, dont dépend Spa : "On est toujours amené à travailler ensemble. Nous sommes relativement proches, aussi bien en intervention qu’en dehors. Ce qui leur arrive peut arriver à n’importe lequel d’entre nous et c’est à ce moment-là qu’on doit resserrer les liens. Cette cérémonie est importante pour tous les collègues et pour les familles. Il faut montrer que tout le monde est toujours présent et qu’on a bien ce qui est arrivé en tête. Que ce soit en passant à cet endroit ou en vivant certaines interventions identiques, c’est quelque chose qui reste gravé en permanence", a-t-il expliqué.

Quant aux simples citoyens, ils étaient près de 200 à avoir assisté à cet hommage. "Il faut qu’on se souvienne pour que des événements tragiques qui frappent toute la population ne soient pas oubliés et nous fasse réfléchir à l’avenir", a affirmé un d’entre eux. "Il ne faut jamais oublier, que ce soit pour Amaury ou pour d’autres qui se sont fait tuer. Pour moi, c’est très important de les garder dans les mémoires. Quand je passerai à l’avenir devant cette plaque, je m’arrêterai pour regarder ou pour faire un petit geste pour dire 'repose en paix' ", a expliqué une autre. "J’apprécie beaucoup la police parce qu’ils font beaucoup de choses pour nous et je trouvais que c’était un devoir d’être là. Je suis allée à son enterrement, au cimetière, et aujourd’hui j’avais d’autres choses prévues mais je les ai supprimées pour venir. J’habite à deux pas d’ici et chaque fois que je passe sur ces lieux je pense à lui", a complété une troisième.

Un an après les faits, l’enquête est toujours en cours. Trois ressortissants néerlandais ont été inculpés. Un d’entre eux, le tireur présumé, est toujours incarcéré.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK