Un projet de "pavillon végétal" dans un parc public liégeois

Une vue d'architecte de la future "folie végétal"
Une vue d'architecte de la future "folie végétal" - © Tous droits réservés

Le Jardin Lejeune n’est pas le plus connu des Liégeois. Il est situé sur la dalle qui recouvre la "trémie Sainte-Marie". Deux associations, dont La Lumière qui a ses locaux à deux pas de là, ont imaginé d’installer à cet endroit un pavillon végétal, une plate-forme, sur pilotis puisque le terrain est en pente, qui serve de lieu de rencontres, de débats, d’ateliers, de conférences, de concerts.

Avec le groupe Nature et Art, et avec le soutien financier de la Fondation Roi Baudouin, une structure en bois a été imaginée, une sorte de charpente en partie composée de saule vivant. Et ce sont ces arbres qui, pendant trois ans, vont pousser, vont végétaliser des arceaux en fils métalliques légers, autour desquels ils vont se tresser. Trois ans, c’est le délai pendant lequel le pavillon végétal va exister.

Comme l’explique l’architecte Gaëtan Grenier, "c’est une architecture à la fois durable et éphémère ; c’est durable, parce que la philosophie qui la sous-tend est durable : nous voulons, dans ce pavillon végétal, mettre l’homme à la croisée des chemins, entre l’individualisme, le consumériste et une société plus ouverte, plus participative. Nous avons demandé un permis d’urbanisme temporaire, pour trois ans, et ce terme va accentuer la dynamique de ce qui va se passer sur le site, mais, qui sait ? ça pourrait être prolongé…."

Si l’autorisation est accordée, la construction pourrait démarrer en novembre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK