Un projet d'agriculture végane, à Vivegnis, a commencé à se concrétiser

Le site du lotissement Matexi, et à l'arrière, les deux hectares et demi de V-Topia
2 images
Le site du lotissement Matexi, et à l'arrière, les deux hectares et demi de V-Topia - © Michel Gretry

Quand vous mangez des légumes, vous croyez sans doute ne manger que du légume, que du végétal. Détrompez-vous. Même les producteurs biologiques fertilisent les champs avec des engrais d’origine animale : des lisiers, des fientes ou des granulés fabriqués à parti de déchets d’abattoir.

Le projet VTopia se limite à enrichir le sol avec des débris d’arbres et du foin. Comme l’explique Benoît Noël, agronome : "Nous allons by-passer la vache ; dans une ferme classique, on cultive des herbages que l’on donne à des vaches, qui produisent du fumier, dont on se sert pour cultiver des légumes. Nous, nous allons donner directement le foin aux vers de terre." Ce mercredi, le débroussaillage du champ, actuellement en jachère, a commencé.

C’est une parcelle de deux hectares et demi, dont le propriétaire est… un promoteur immobilier. La société Matexi a acquis le terrain voici plusieurs années. Après plusieurs tentatives qui n’ont pas abouti, des plans d’un lotissement ont été dressés pour construire de l’habitat groupé au pied d’une colline boisée, avec une surface non négligeable qui est disponible pour de l’agriculture urbaine et participative. "Nous prévoyons des autocueillettes pour les riverains et des activités pédagogiques" précise Benoît Noël, "et nous venons de signer avec Matexi un bail à ferme d’une durée de cinquante ans, ce qui sanctuarise le site, et nous permet de travailler sur le long terme". L’agriculture végane, ça ne signifie pas une agriculture sans animaux : VTopia, pour se protéger des dévastateurs et des rongeurs, entend s’appuyer sur leurs prédateurs, les renards, les hérissons, les chouettes, les batraciens, pour réguler les bébêtes qui viendraient manger les légumes.

Le mois de juin, pour lancer V-Topia, c’est évidemment fort tardif dans la saison. Mais, avec un lancement partiel, quelques premières récoltes sont néanmoins annoncées pour la fin de l’été.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK