Un professeur de religion islamique écarté pour avoir tenu des propos antisémites

Un professeur de religion islamique écarté pour avoir tenu des propos antisémites
Un professeur de religion islamique écarté pour avoir tenu des propos antisémites - © Google Maps

Une polémique à l'Athénée Agri-Saint Georges en région hutoise. Un professeur de religion islamique aurait relayé sur les réseaux sociaux des propos antisémites, une affaire dévoilée ce matin par la Dernière Heure
Le professeur vient d'être suspendu. 

L’organisme Wallonie-Bruxelles Enseignement, WBE, s’est constitué partie civile dans le cadre d’une action pénale lancée à l’encontre de Talal Magri, c'est ce qu'a indiqué le porte-parole du cabinet de Frédéric Daerden, vice-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ministre de tutelle de WBE.

Une vidéo antisémite

Le 16 novembre dernier, le professeur a posté sur son mur Facebook une vidéo au contenu antisémite et haineux où l’on voit un imam récitant une prière faisant l’apologie du Djihad tout en appelant à l’extermination des Juifs, ont rapporté nos confrères de la Dernière Heure dans leur édition de jeudi.

Contacté par Belga, Talal Magri se dit abasourdi par cette histoire : "Je n’ai jamais souhaité diffuser un tel discours. J’ai partagé la vidéo sans écouter les propos présents dedans. Je ne cautionne absolument pas ce genre de discours et si j’avais pris connaissance de son contenu, je n’aurais pas partagé la vidéo. J’ai fait une erreur mais ce n’était pas mon intention de propager cette image".

Une appartenance avec le parti Islam

Mais ce qui interpelle également , c'est l'appartenance de ce professeur au parti Islam. Et c'est plus qu'une simple sympathie : il était tête de liste et  porte-parole à Liège du parti islamique lors des dernières élections communales. 
Certes, le parti n'est pas interdit mais il véhicule des valeurs peu démocratiques, l'instauration de la charia ou la séparation hommes femmes dans les transports publics. 
Ces opinions ont elles été transmises lors des cours dans cette école publique ? L'école connaissait elle les engagements du professeur ? 
La direction de l'établissement  ne fait pas de commentaires. L'inspection de l'enseignement devra vérifier qu'il n'y a pas eu de dérapages. 
Le professeur lui, dit avoir pris ses distances avec le parti et oeuvrer désormais au dialogue inter religieux : "Je ne suis plus en contact avec eux et je suis passé à autre chose. En tant que professeur, j’œuvre pour que mes élèves s’ouvrent au dialogue inter-religieux".

Actuellement en maladie, le professeur ne reprendra pas les cours à son retour car une procédure d’écartement a également été prise à son encontre", précise le porte-parole du cabinet de Frédéric Daerden.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK