Un prêt de 34,6 millions d'euros à Liège pour les pensions

Le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a accordé un crédit d’aide extraordinaire à long terme de l’ordre de 34,6 millions d’euros à la ville de Liège afin que celle-ci puisse faire face à la charge des pensions, a indiqué jeudi le cabinet du ministre.

La semaine dernière, à l’occasion de la présentation du budget 2020 de la ville de Liège, le bourgmestre a, à nouveau, insisté sur la charge importante que représentent les cotisations de responsabilisation (pensions) sur les finances de la ville. En effet, alors que celles-ci étaient de 13 millions d’euros au budget 2013, elles s’élèvent à 36,7 millions d’euros au budget 2020. Selon les prévisions budgétaires avancées par l’échevine en charge du budget et des finances à Liège, Christine Defraigne (MR), ce montant, qui augmente d’année en année, s’élèvera à près de 199 millions d’euros pour les quatre prochaines années (2021 à 2024). "Ce qui revient à 393 millions d’euros depuis 2013", avait souligné l’échevine. Le duo liégeois avait alors émis certaines craintes pour les finances de la ville. "Nous avons été entendus par le ministre Dermagne et la Région wallonne, qui nous donnent un délai d’un an pour actualiser notre plan de gestion. Ce délai nous permettra de trouver une solution à la problématique des pensions avec le gouvernement wallon et le gouvernement fédéral, je l’espère", avait précisé Willy Demeyer (PS). Une bonne nouvelle est parvenue mercredi du cabinet du ministre wallon des Pouvoirs locaux. Celui-ci a, en effet, annoncé l’octroi à la ville de Liège d’un crédit d’aide extraordinaire à long terme de l’ordre de 34,6 millions d’euros au travers du compte CRAC (Centre Régional d’Aide aux Communes). "Le montant du crédit correspond aux factures de responsabilisation 2018 de la Ville à 25.595.459 euros, du CPAS à 7.480.177 euros et de la zone de police à 1.524.352 euros ainsi que le rattrapage à prendre en charge jusque 2024", précise le cabinet du ministre wallon. Celui-ci a par ailleurs annoncé la mise en place d’une "task force" chargée de travailler sur les perspectives financières des villes et communes. "Je demande également une actualisation du plan de gestion adoptée par le conseil communal pour le 30 septembre 2020 au plus tard et un calendrier de travail dès le mois de janvier 2020, lesquels doivent notamment permettre de dégager une solution pérenne pour le financement global des pensions", a indiqué Pierre-Yves Dermagne.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK