Un policier liégeois soupçonné d'avoir détourné près de cinq millions d'euros

4,7 millions pour être précis... Et ce n'est peut-être que la partie visible de l'iceberg. Au terme de deux ans d'enquête, ce policier d'une soixantaine d'années a été placé sous mandat d'arrêt. Il est soupçonné de corruption, de blanchiment d'argent et de fraude fiscale.

Actuellement, cela ne concerne qu'un seul des dossiers de cette vaste enquête: celui lié à des rallyes automobiles, la passion de cet inspecteur au service "environnement" de la police de Liège.

Pour participer à ces épreuves, il se faisait sponsoriser par des entreprises. Mais l'argent n'était pas entièrement destiné à son activité de pilote. Il empochait un pourcentage. Et de son côté, le généreux sponsor inscrivait l'entièreté de la somme dans sa comptabilité et le défalquait des impôts. Un "win-win" qui aurait donc permis à ce policier de détourner 4,7 millions d’euros en à peine deux ans.

Des dépannages de véhicules suspects

L'enquête se poursuit afin de déterminer l'implication de ce policier liégeois dans un autre dossier, lié cette fois au dépannage des véhicules.

Dans des conditions plutôt troubles, il semble en effet que la société de dépannage Nucera procédait à l'enlèvement de voitures "comme bon lui semblait" sur le territoire de la ville de Liège. Notamment des véhicules immatriculés à l'étranger qui étaient ensuite dépecés puis compactés pour être revendus à un ferrailleur.

Lorsque la victime se manifestait, on lui répondait que sa voiture avait sans doute été volée. Une magouille qui pourrait avoir été orchestrée avec la complicité de ce policier et d'une dizaine de collègues motards. Même si elle clame son innocence, la gérante de la société de dépannage incriminée a été placée sous mandat d'arrêt pour corruption.

A ce stade, les devoirs d'enquête se poursuivent au parquet de Liège. Une enquête à laquelle la police de Liège collabore depuis plusieurs mois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK