Un peu plus de temps sur les bancs de l'école ? Des élèves liégeois marquent un point

Les élèves de l'Athénée Léonie de Waha s'étaient mobilisés pour avoir plus de cours en présentiel
Les élèves de l'Athénée Léonie de Waha s'étaient mobilisés pour avoir plus de cours en présentiel - © © Carol Yepes - Getty Images

Les élèves de l’Athénée Léonie de Waha, à Liège, ont obtenu ce qu’ils voulaient : un peu plus de cours en présentiel, un peu moins de temps derrière les écrans.

Chez eux, l’école en classe c’était un jour par semaine seulement. Trop peu. Certains élèves se disent en décrochage, d’autres en véritable détresse. "Je vois de plus en plus de gens dans mon école qui perdent le rythme scolaire. On se lève de plus en plus tard, on travaille de moins en moins. Certains foncent droit vers le décrochage. Il fallait faire quelque chose ", estime Simon Gillis élève de 5e et délégué de classe.

Deux athénées concernés : Léonie de Waha et Maurice Destenay

Des élèves se sont donc mobilisés. Certains ont envoyé une lettre à Caroline Désir, la ministre de l’Education en Fédération Wallonie-Bruxelles. En réponse, celle-ci avait annoncé avoir pris contact avec Willy Demeyer, le bourgmestre de Liège et en filigrane, son soutien aux élèves. D’autres élèves ont lancé une pétition pour mobiliser les troupes.

Ils ont finalement décroché une réunion par visioconférence avec les représentants de la Ville de Liège, pouvoir organisateur de leur école : Willy Demeyer et Pierre Stassart, l’échevin en charge de l’instruction publique.

Plus de cours en présentiel… Des modalités encore à préciser

Une heure trente de réunion et une issue plutôt positive pour les élèves. Dès le lundi 18 janvier, ils auront un peu plus de cours en présentiel, dans les limites du taux d’occupation maximal des bâtiments, défini par le Fédéral. Deux ou trois jours par semaine, plusieurs matinées ou des journées compètes ? Les modalités exactes restent encore à définir. Elles concernent tant les élèves de Léonie de Waha que ceux de l’Athénée Maurice Destenay.

Mais pour Chloé Philippart, élève de rétho, cette annonce, c’est déjà une avancée. "Certains veulent faire l’examen de médecine ou d’ingénieur mais malheureusement avec un seul jour de cours par semaine, ça n’est pas possible."

Chez les réthos, la peur du temps perdu

Mais pour la jeune fille, au soulagement, se mêle l’angoisse du temps perdu. "On essaye de rattraper le retard de l’année passée et des mois écoulés. Rattraper tout, ça ne sera pas possible, mais j’espère au moins arriver dans mes études supérieures sans avoir l’impression de ne pas être au niveau."

Une crainte d’autant plus marquée que dans d’autres écoles, gérées par d’autres pouvoirs organisateurs, les élèves ont bénéficié d’un peu plus de cours en présentiel. "D’ailleurs, pendant la réunion, on a souvent répété qu’on se sentait lésés par rapport aux autres", raconte Chloé. "Mais je pense que nos professeurs vont tout faire pour qu’on sorte des humanités avec le même bagage que ceux qui viennent des autres écoles."

La nouvelle organisation des cours à Léonie de Waha sera d’application dès le lundi 18 janvier. Autre établissement concerné : l’Athénée Maurice Destenay, lui aussi géré par la Ville de Liège.

Pétition pour retourner à l école (JT du 10/01/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK