Un nouvel espace de mémoire et de réception d'ici octobre entre Verviers et Dison

La mémoire de ceux qui ont fait l'histoire de Verviers sera préservée dans cette ancienne usine. Des noms et portraits de patrons mais aussi d'ouvriers et d'artistes
5 images
La mémoire de ceux qui ont fait l'histoire de Verviers sera préservée dans cette ancienne usine. Des noms et portraits de patrons mais aussi d'ouvriers et d'artistes - © RTBF - Olivier Thunus

C’est un nouvel espace pouvant accueillir spectacles, réceptions, foires et autres événements qui ouvrira début octobre à la limite des communes de Verviers et de Dison.

Dans l’ancienne usine textile " La Vesdre ", rue de Renoupré à Dison, un ensemble de salles est en cours de rénovation. Un projet qui comprend aussi l’installation prochaine à l’étage d’une entreprise de formation par le travail.

L’intérêt de cet espace, c’est aussi qu’il se veut lieu de mémoire. Par l’installation devant le bâtiment d’un ancien tram verviétois de 1907 actuellement en cours de restauration, par l’implantation à venir de photos d’ouvriers témoignant de l’histoire industrielle verviétoise, et par différents éléments à l’intérieur des salles.

Vous avez, au mur de ce qu’on appelle la cathédrale industrielle, des peintures (portraits) de Charles Thirion, Pierre David, Pierre Fluche, Célestin Martin et d’autres. Des gens qui marquent l’âge d’or de Verviers ", explique Jean-Pol Bollette. Nous avons voulu faire un lieu contemporain. On pourra y faire des foires, des mariages, différents types d’activités, mais nous avons voulu respecter l’empreinte de l’histoire de l’endroit en notant notamment toute une série de noms de gens qui ont fait l’histoire verviétoise ".

Nous avons aussi voulu conserver des traces de l’activité industrielle et notamment en replaçant l’ancienne cabine haute tension. C’est un marbre assez exceptionnel. Vous y voyez des manomètres, des transformateurs, différents types de mesures. Pourquoi le marbre ? Parce qu’il n’est pas conducteur d’électricité. Et si vous observez de manière plus fine, vous verrez des noms comme ‘Vesdre 1’, ‘Vesdre 2’, etc. Ca représente finalement l’électricité qui était distribuée sur l’ensemble de ce site qui faisait pratiquement 20.000 m² de bâtiments d’usine. Deux mille personnes y travaillaient ", complète encore Jean-Pol Bollette.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK