Un mystérieux message anarchiste aux Archives de l'Etat à Liège

La lettre anarchiste codée trouvée aux Archives de l'Etat à Liège
2 images
La lettre anarchiste codée trouvée aux Archives de l'Etat à Liège - © RTBF - François Braibant pour la photo / Archives de l'Etat pour le document

En dépouillant les dossiers de la Cour d'Appel aux Archives de l'Etat, l'historien Bernard Wilkin a sorti un document au format carte postale : une double photo contre-collée, la copie d'époque d'un message secret d'anarchistes liégeois. Et pas n'importe lesquels, puisqu'ils sont les auteurs d'une série d'attentats à Liège en 1894. 

Une lettre codée

"On voit des lettres, des dessins, une tête de mort avec des tibias entrecroisés, un bateau. C'est une lettre codée" explique l'historien. "On en est sûrs parce que ça se trouvait dans un dossier complet sur une affaire d'anarchistes. On y explique bien qu'ils utilisaient tout un système de codes pour communiquer entre eux."

Ces anarchistes sont allemands, sauf leur chef qui est russe. En 1894 à Liège, ils commettent une série d'attentats. "En avril, ils essaient de faire sauter le théâtre. Ca rate. Le même jour, ils essaient de faire sauter la maison du bourgmestre Léo Gérard, ça rate aussi."

Quatre attentats, trois blessés

Une bombe à l'église Saint-Jacques ne cause que des dégâts légers, mais dans la nuit du 3 au 4 mai, ils font sauter la maison du docteur Renson : "Il sera grièvement blessé, ainsi que son épouse et une amie. 

Ils ont donc réussi deux attentats sur quatre. Auparavant, le premier avril 1894, ils avaient volé huit kilos de dynamite à la société des mines d'Ardenne. Ils s'étaient aussi procuré des clous pour maximiser les dégâts de la bombe."

La bande anarchiste est jugée en Assises en 1895. La plupart de ses membres sont condamnés aux travaux forcés à perpétuité. Le chef russe est jugé à Saint-Pétersbourg et écope de 20 ans de prison.

Le message des anarchistes liégeois n'est toujours pas décodé. Si vous souhaitez essayer de le décrypter, nous ferons suivre vos interprétations.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK