Un mouvement branhamiste, en région liégeoise ?

Un immeuble désaffecté... affecté à un culte aux accents branhamistes
Un immeuble désaffecté... affecté à un culte aux accents branhamistes - © Michel Gretry

La ville de Liège assiste-t-elle à une prolifération d'églises évangéliques, baptistes ou méthodistes? En tout cas, plusieurs groupements ont acquis pignon sur rue, ces derniers mois, et, au nom de la liberté réligieuse inscrite dans la Constitution, les autorités communales ne semblent suivre le phénomène que de très loin....

Il y a eu l’église des Oblats, vendue, avec la bénédiction de l’Evêché, à des pentecôtistes d’origine congolaise. Il y a eu le permis d’urbanisme, accordé par le gouvernement wallon, malgré le refus du collège des bourgmestre et échevins, pour l’extension d’une salle de prières en Amercoeur. Il y a eu ces deux groupes aux accents  adventistes africains qui se sont installés dans les dépendances d’une salle de sport, en Souverain-Pont.

Et puis il y a cette curieuse "paroisse", dénommée Tabernacle du Lys de la Vallée, qui, tous les dimanches, célèbre ses offices dans une maison de maître désaffectée au pied du pont Maghin, portes ouvertes le long de la Batte. Des gens ouvertement proche du branhamisme, un mouvement inspiré par un américain, prophète autoproclamé, un mouvement considéré comme une secte dans plusieurs pays...

Le décret régional sur le cadastre des lieux de culte montre là ses limites: ces diverses associations se situent aux marges du protestantisme; elles publient des statuts et actes officiels, et parfois leurs comptes. Ce qui ne suffit guère à se prémunir d'éventuelles dérives. Mais, au nom des droits convictionnels, personne ne semble vouloir s'intéresser à ce qui s'y prèche...

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK