Un Liégeois crée une plateforme musicale avec plus de 10.000 titres de l'Océan Indien

Philippe de Magnée en 1980 avec l'artiste et poète mauritien Bam Cuttayen
Philippe de Magnée en 1980 avec l'artiste et poète mauritien Bam Cuttayen - © D.R

La carrière du Liégeois Philippe de Magnée débute en 1979. Après avoir terminé ses études d’ingénieur du son à l’INSAS, il part travailler dans l'Océan Indien. Ensuite, il revient à Liège pour s’occuper du magasin de disques "Etincelle" tenu par ses parents dans le passage Lemonier. Et quelques années plus tard il retourne dans l’Océan Indien.

Philippe de Magnée: "À partir de l’année 2005, quand les disquaires fermaient les uns après les autres, je suis reparti dans l’Océan indien où j’ai poursuivi ma carrière d’ingénieur du son pendant une quinzaine d’années".

Une plateforme pour la mémoire musicale

"Comme j’avais amassé beaucoup de prises de son notamment pour une cinquantaine d’albums, et que j’avais beaucoup collectionné des 33 tours et des 45 tours, je me suis dit que ce serait bête que cela disparaisse complètement, explique Philippe de Magnée. C’est à ce moment que j’ai eu l’idée de mettre ma propre collection sur un site en streaming. J’ai commencé le site avec 1000 titres et, aujourd’hui, il y a 10.000 titres dont 6000 morceaux inédits ou épuisés. Il y a des albums qui n’ont jamais été édités en numérique et qui risquaient d’être perdus, ce sont des collectionneurs qui me les ont envoyés".

Au gré de ses voyages, Philippe de Magnée rencontre beaucoup d’artistes. "Pour finir, le site devient le site des artistes de l’Océan Indien et plus le mien. Je suis dépassé par le fait que ce sont les artistes qui veulent être présents sur la plateforme".  

La musique de l’Océan Indien

La musique présente sur le site de Philippe de Magnée est représentative d’une partie de l’histoire des habitants de l’Océan Indien. Il s’agit d’une musique qui est celle des descendants des esclaves ainsi que des engagés qui étaient des indiens qui ont replacé les esclaves quand ceux-ci ont été libérés.

 À la rencontre des habitants

Philippe de Magnée: "Je fais du collectage de tradition orale. Je vais dans les pays enregistrer les gens avec un petit matériel portable. Et je les enregistre parfois dans leur cour, dans leur jardin ou au bord de la plage. De cette manière, j’obtiens un son le plus naturel possible".

Le site créé par Philippe de Magnée est tout à fait gratuit de streaming avec l’autorisation des ayants droits, quand les artistes sont encore vivants.

La plateforme: http://filoumoris.com/

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 19h30
en direct

La Une

JT 19h30