Arrêt de travail dans les TEC liégeois suite à la découverte d'un impact (d'arme à feu ?) à l'arrière d'un bus

L'impact à l'arrière du bus
2 images
L'impact à l'arrière du bus - © Marc Mélon

Ce lundi matin, un vif émoi règne parmi les agents de la société TEC, en région liégeoise. Dans le quartier du Longdoz, un membre du personnel a repéré, sur le bus d’un collègue en provenance de Droixhe, un impact sur le pare-brise arrière d’un véhicule qui dessert la ligne 17. Le chauffeur, qui était en service depuis deux heures, n’a rien constaté. La confusion règne à l’heure actuelle quant aux circonstances précises : le terminus est relativement isolé, et d’autres agressions se sont déjà déroulées à cet endroit.

La police zonale a été appelée pour les premières constatations, et notamment pour tenter de déterminer la nature du projectile. Les chauffeurs, dans un mouvement émotionnel, comme souvent en pareil cas, ont décidé de rentrer aux dépôts, à Robermont, à Jemeppe, à Bassenge et à Oreye. La zone des transports en commun de la place Saint-Lambert est fermée. La direction espère une reprise du trafic en milieu d’après-midi, de façon à assurer le retour des usagers en fin de journée.

Selon les premiers éléments collectés par la police de Liège, rien ne permet de dire qu’il s’agit d’un impact de balle. Aucune balle, aucun impact n’a été retrouvé à l’intérieur du bus. Pour l’instant, il n’y a aucun témoignage qui corrobore des tirs à l’arme à feu sur le bus à Droixhe.

Vers 14 heures, un expert balistique était sur place pour analyser l’impact.

Retrouvez l’ensemble des lignes concernées sur le site de la société TEC.

Journal télévisé du 20/01/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
Matin Première
en direct

La Première Bxl

Matin Première