Un homme décède en cellule d'isolement au centre fermé de Vottem

Un détenu décède en cellule au centre fermé de Vottem
Un détenu décède en cellule au centre fermé de Vottem - © RTBF

Ce jeudi matin, un détenu du centre fermé de Vottem est décédé. L'homme était originaire d’Azerbaïdjan. Il venait d’être transféré en début de semaine du centre ferme 127 bis de Steenokkerzeel. Selon l'Office des Etrangers, l'homme, toxicomane, souffrait de problèmes psychiatriques. Il s'auto-mutilait et ce week-end, il avait d'ailleurs reçu des soins en urgences pour des coupures qu'il s'était infligées au cou. 

Selon la porte-parole de l'Office des Etrangers, le détenu a été transféré a Vottem en raison de son cas jugé "lourd". L'homme avait été placé en cellule d'isolement et était surveillé par caméra. Durant la nuit, il recevait des visites toutes les demi-heures. Vers 9h30 ce jeudi matin, un infirmier et un accompagnateur ont découvert l'homme décédé. Le SMUR s'est rendu sur place mais il était trop tard. Un médecin légiste a conclu à une mort naturelle. 

Certains codétenus contestent cette version des faits.Ils parlent de mort suspecte à cause de ses blessures non soignées. Selon eux, l'homme aurait du être pris en charge médicalement dans la nuit de mercredi à jeudi et transféré dans un hôpital.

Dans un communiqué, le CRACPE (Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers), lui, remet en cause les mises en isolement au cachot dans les centres fermés. Ils dénoncent ce type d'enferment et parlent de traitement inhumains qui empêchent tout appel à l'aide. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK