Un Hervien écope de 15 mois de prison pour avoir menacé de faire sauter un commissariat

Un Hervien écope de 15 mois de prison pour avoir menacé de faire sauter un commissariat.
Un Hervien écope de 15 mois de prison pour avoir menacé de faire sauter un commissariat. - © Flickr - mikecogh

Le tribunal correctionnel de Verviers a condamné vendredi un Hervien de 52 ans à une peine de 15 mois de prison avec sursis probatoire pour avoir menacé de faire sauter en janvier 2016 un commissariat. Le prévenu était également poursuivi pour des menaces sur un médecin et des policiers. Il devait en outre répondre d'outrages, de rébellion et de dégradations mobilières.

Le 4 janvier 2016, le quinquagénaire avait contacté la police de Basse-Meuse et avait menacé de faire sauter le commissariat. Il avait appelé une seconde fois pour annoncer qu'il allait y avoir un attentat contre un bâtiment.

L'enquête de téléphonie avait permis d'identifier l'auteur qui a expliqué qu'il ne se souvenait pas de ces faits. Il ne se rappelait pas non plus de menaces proférées à l'encontre du psychiatre chargé de soins de son fils. Le lendemain des appels intempestifs à la police, il avait en effet menacé un médecin de lui "loger une balle entre les deux yeux" s'il n'obtenait pas une série de réponses concernant l'état de santé de son fils. Le médecin avait aussitôt porté plainte.

A la suite de cette série de faits, la police avait décidé d'interpeller le Hervien qui s'était rebellé et avait tenté de donner des coups aux policiers. Il s'était également montré outrageant et menaçant. Le prévenu avait expliqué son état agressif et sous influence en raison de l'arrêt d'un traitement médicamenteux.

Le tribunal a stigmatisé le trouble causé à l'ordre social et public, l'atteinte portée à l'intégrité physique d'autrui mais également l'état psychologique du prévenu au moment des faits et sa reprise en main après son incarcération d'un mois, consécutive aux faits commis.

Parmi les conditions imposées par le tribunal, il devra poursuivre son traitement psychiatrique et pharmacologique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK