Un été exceptionnel pour le tourisme dans les Cantons de l'Est

Cet été, l’Est de la Belgique a été choisi comme destination de vacances par plus de Belges que d’habitude.

Hôtels, campings et maisons et villages de vacances ont connu une hausse d’affluence. Un bémol : des grands gîtes n’ont pas encore rouvert.

L’enquête que l’Agence du Tourisme des Cantons de l’Est a menée auprès de ses membres montre que, grâce à la crise du covid-19, cet été 2020 a été exceptionnel sur le plan touristique dans cette région.

Un résultat d’une ampleur inattendue

Sandra De Taeye, la directrice de l’Agence de Tourisme des Cantons de l’Est, explique : " Nous savions que beaucoup de Belges allaient passer leurs vacances dans leur propre pays et on s’attendait un peu à un bilan meilleur que l’été passé, mais on ne s’attendait pas à un résultat aussi extrêmement bon. Le public de la Flandre nous est très fidèle mais nous avons aussi un public wallon et bruxellois. Malgré la crise, le public étranger, essentiellement les Allemands et les Pays-Bas, ces personnes-là sont quand même restées stables en nombre cet été, ce qui fait qu’on peut vraiment dire que, pour obtenir un bilan aussi positif, ce sont vraiment les Belges qui ont fait la différence. Alors que d’habitude, notre région est surtout connue pour un long week-end ou pour un mid-week de randonnée ou de vélo, cet été c’était tout à fait différent, beaucoup de gens ont passé leurs vacances principales dans notre région. Il y a certains types d’hébergements qui ont profité plus que d’autres. Passer les vacances en groupe, ce n’est pas encore autorisé, et donc certains gîtes de grandes capacités n’ont pas encore pu ouvrir leurs portes. La situation est quand même alarmante pour ces types d’hébergements. "

Complet pratiquement tous les jours

Arthur Genten dirige l’hôtel Sleep Wood à Eupen : " On a fait complet pratiquement tous les jours. On a entre 10 et 15% de touristes en plus. Des Belges surtout, côté flamand, mais maintenant aussi, au mois d’août, beaucoup de personnes qui viennent de la région wallonne. Ils prennent notre maison comme point de départ pour découvrir les Fagnes, mais aussi les lacs comme le Lac de la Gileppe ou le Lac d’Eupen. D’un autre côté, il y a beaucoup de cyclistes qui prennent Eupen comme une halte. ". La crise a été pour beaucoup l’occasion de découvrir la région. " La surprise pour nombre d’entre eux a été très grande de voir, par exemple, qu’il y a ici des promenades qui ressemblent très fort à des promenades en Suisse. ", constate Arthur Genten. En ce qui concerne les durées des réservations : " L’année passée, on avait encore une moyenne par chambre d’une nuit et demie. Maintenant, on a largement dépassé les deux. Nous avons des personnes qui viennent pour dix jours, ce qu’on n’a jamais vu auparavant. ". Au printemps, quand son établissement était fermé, comme le reste de l’horeca, Arthur Genten ne s’attendait pas du tout à vivre un été aussi positif. Lui permet-il de rattraper les pertes du printemps ? " Ça, non… ".

Des réservations en masse

Franz Pip de l’Hôtel Pip-Margraff à Saint-Vith témoigne aussi du succès de la région cet été : " Ça a démarré fin juin, avec des réservations en masse. A Saint-Vith et ses environs, depuis 5 ou 6 ans, à cause du Ravel, le tourisme avait fortement augmenté en juillet et août. Les réservations étaient plutôt à court terme. Mais cette année, on a vite remarqué que ça n’a pas doublé, ça a même triplé et plus début juillet. Surtout, les gens restaient cette année-ci deux à trois jours de plus que d’habitude. Beaucoup ont profité des balades et ils ont loué des vélos. Mais il y en a aussi qui ont fait leur petit tour : on est vite dans les Fagnes, on est vite en Allemagne, on est vite au Grand-Duché ou dans les Ardennes. ". Les clients de Franz Pip venaient : " Surtout de la Belgique. Les Hollandais viennent ainsi que les Allemands, mais ce sont des clients d’une nuit. Le vrai tourisme de séjour, ce sont les Bruxellois, des Flamands, pour pratiquement 80%, mais quand même aussi un peu des gens du Hainaut. Si ça continue en septembre, octobre avec la période de chasse et de balades, je suis persuadé – surtout que le gouvernement nous a donné un cadeau en baissant la TVA – je suis persuadé que, à la fin de l’année, ça va devenir une très bonne année, même avec les pertes des trois mois. ". Et les prévisions pour l’automne sont très bonnes.

Randonnées, balades à vélo et excursions

Pour les vacanciers, les activités ne manquaient pas, comme le détaille Sandra De Taeye, la directrice de l’Agence de Tourisme de l’Est de la Belgique : " Les Cantons de l’Est sont vraiment bien connus pour toute l’offre en termes de randonnées. Nous avons aussi beaucoup investi ces dernières années dans l’infrastructure vélos. En termes de vélos et de randonneurs, nous sommes presque à égalité. Nous avons ouvert une boucle VTT cette année, qui est un produit internationalement connu, surtout par les VTTistes qui cherchent un peu le challenge. Nous avons attiré avec ce produit-là un tout nouveau public. Les gens combinent très régulièrement aussi une balade avec une excursion. Certaines attractions touristiques avaient jusque 7500 visiteurs par jour, ce qui est vraiment énorme pour notre région. "

Parmi les excursions possibles : le Château de Reinhardstein à Ovifat. Martine Delvoye est la gestionnaire de l’ASBL Reinhardstein : " On a eu énormément de monde cette année. Sur les deux mois, au moins un quart de visiteurs supplémentaires. C’était évidemment une destination sécurisante puisque nous sommes dans un paysage fantastique que sont les Fagnes, les Ardennes… Je pense que les promeneurs ont pu allier une visite du château intéressante et découvrir ce site magnifique. Beaucoup de personnes ont essayé d’aller se baigner au Lac de Robertville. Malheureusement, c’était extrêmement limité. Donc je pense qu’on a eu un retour à cause de ça également. Beaucoup de personnes ont découvert ce coin de notre pays qu’ils ne connaissaient pas nécessairement et qu’ils ne prenaient pas nécessairement la peine de venir voir. ".

Beaucoup vont revenir

Ceux qui ont découvert la région cet été pourront-ils devenir des fidèles ? Sandra De Taeye répond : " Oui, je l’espère en tout cas et je suis persuadée que le virus a favorisé une certaine prise de conscience pour des produits régionaux, l’authenticité, des circuits courts, et je pense que les gens qui sont venus, qui se sont bien plu chez nous et qui ont pu se convaincre de notre qualité en tourisme et qu’on n’est pas dans un tourisme industriel vont rechercher ce type de vacances les autres années et je pense qu’il n’est vraiment pas exclu, voire même très certain, que beaucoup de gens vont revenir. ".

 

Reportage sur l'été touristique en Wallonie, dans notre journal de 13h de ce dimanche 30 août:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK