Un enseignement de la méditation transcendantale à l'ULg

Des conférences d'information, puis des cours individuels ou collectifs, dans une salle louée à l'ULg
Des conférences d'information, puis des cours individuels ou collectifs, dans une salle louée à l'ULg - © Tous droits réservés

Le mouvement de la méditation transcendantale continue de tenter de s'implanter en région liégeoise. Voici un an, l'institut Saint-Laurent avait annulé, en dernière minute, une conférence de l'une des associations de cette mouvance néo hindouiste, fondée par le "gourou" Maharishi. Cette fois, c'est à l'ULg que quatre soirées ont été réservées, pour quatre jeudis du mois de juin.

La méditation transcendantale, c'est une technique qui doit permettre d'atteindre un quatrième état de la conscience, qui n'est ni la veille, ni le sommeil, ni le rêve. Une béatitude profonde. Ce n'est pas une religion, mais une méthode pour se déstresser. Alors, secte ou pas secte ? En droit belge, il n'existe pas de définition précise de la notion d'organisation nuisible.

Mais un épais rapport officiel, après enquête sur le mouvement Maharishi, a épinglé le coût très élevé de ses formations, et ses importants investissements immobiliers. Il a surtout conclu à l'absence de preuve scientifique de l'efficacité de la méditation transcendantale.

Ses adeptes ont loué un local de l'université. Une manière de d'offrir, à peu de frais, une apparence de sérieux, qui suscite forcément quelques remous. Les autorités académiques expliquent que, comme il s'agit d'une petite salle de trente places, et d'une activité gratuite, les services de la faculté de philosophie et lettres n'ont pas été spécialement alertés. Des cours individuels et collectifs sont déjà programmés, dans la foulée, et c'est sans doute là que la méfiance s'impose....

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir