Un éleveur liégeois rescapé du coronavirus grâce à ses vaches : "Elles sont ma vie"

Eric Cardyn est éleveur de bétail à Hollogne-sur-Geer, près de Waremme. En avril dernier, il est admis à la clinique du MontLégia à Liège. Il est atteint par le coronavirus et passe près de 50 jours à l’hôpital, dont 21 aux soins intensifs. Un épisode douloureux aujourd’hui derrière lui, notamment grâce à la passion qui l’anime à l’égard de son activité.

"Je n’ai aucun souvenir. J’ai demandé le samedi pour partir à l’hôpital parce que ça n’allait plus du tout, je n’arrivais plus à respirer. Donc l’ambulance est venue me chercher. J’ai vu ma famille à qui j’ai dit ‘A tantôt’. Puis plus rien", se remémore l’agriculteur les larmes aux yeux.

Son exploitation agricole avec ses nombreuses bêtes a été un moteur dans son processus de guérison

Il est alors emmené au CHC MontLégia, où Eric a marqué Nathalie Grégoire, une de ses médecins. Après le passage de l’éleveur aux soins intensifs, elle l’accueille au sein de l’unité post-covid de revalidation. Elle se souvient parfaitement de ce patient gravement atteint par la maladie, qui voulait rentrer chez lui pour s’occuper de ses vaches. "À côté du soutien psychologique de la famille et des soins médicaux, son exploitation agricole avec ses nombreuses bêtes a été un moteur dans son processus de guérison", assure-t-elle.

Son fils prend le relais le temps de son rétablissement

À la ferme Cardyn, il y a 200 têtes de bétail. Pendant l’absence d’Eric, il faut continuer à s’occuper des animaux. C’est donc le fils de l’éleveur, occupé professionnellement dans une entreprise, et son cousin qui retroussent leurs manches : "Quand j’avais une hésitation, je prenais mon téléphone et je sonnais jusqu’à ce que quelqu’un me réponde. On me rappelait directement parce qu’ils savaient bien que j’avais besoin d’eux."

2 images
Éric Cardyn, ancien malade du Covid, a pu compter sur son épouse et ses enfants pour mener son combat © Marc Mélon

Une aide qu’il apporte bien volontiers. Mais pas encore de quoi donner envie au jeune homme de devenir agriculteur : "J’étais déjà sûr de ne pas vouloir le faire. C’est trop contraignant quand ce n’est pas une passion."

De retour à l’étable

Lorsqu'Eric Cardyn rentre chez lui à la fin du mois de mai, les voisins sont fous de joie. Lui est très affaibli. Au début, il se déplace péniblement. Après quelques semaines, il prend de l’assurance. À côté des soins apportés par un kinésithérapeute, il utilise sa fourche pour se remuscler. "J’ai dû charger un silo de maïs de 80 tonnes qui était à un endroit où je ne savais pas le prendre avec une machine, illustre-t-il. J’ai chargé tout ça à la main et je me suis dit que ça me faisait du bien. Je sentais mes forces qui revenaient."

2 images
Après avoir passé cinquante jours à la clinique du MontLégia dont trois semaines aux soins intensifs, Éric Cardyn a retrouvé sa force musculaire. « Son bétail a été un moteur de sa guérison », a précisé le Dr Nathalie Gregoire, médecin au service de cardi © Marc Mélon

Aujourd’hui après tous ses efforts, Eric Cardyn est heureux au milieu de son bétail. "Ce sont mes vaches, c’est grâce à elle que j’ai remonté la pente. Elles m’ont permis de penser positivement parce qu’elles sont ma vie."

Un soutien du monde médical sans faille

L’épouse et les enfants d’Eric Cardyn sont admiratifs devant le rôle joué par les soignants. "Ils ont été supers. Que ce soit pour passer un téléphone, installer une application, d’apporter nos petits cadeaux ou accrocher nos messages au mur, tout est passé par eux tout le temps", relève sa fille, reconnaissante.

Il faut maintenant tourner la page pour en écrire une autre. L’an prochain, Eric Cardyn a bien l’intention de décrocher un prix au concours bovin de Hollogne-Sur-Geer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK