Un éleveur de Paifve vend tous ses chevaux pour 3 millions d'€ et s’adonne à sa nouvelle passion : les pigeons de compétition

Installé à Paifve sur la commune de Juprelle, Luc Henry a consacré 25 ans de sa vie à l’élevage et la reproduction de chevaux. Certaines de ses juments et étalons se sont illustrés en compétition au plus haut niveau mondial. Il y a quelques jours, il a pourtant décidé de revendre son cheptel pour s’adonner à une autre passion : l'élevage de pigeons.

Il s’agit d’un personnage hors du commun. Lors de notre reportage, ce n'est ni dans son écurie, ni dans son pigeonnier qu'il nous a reçu, mais dans une yourte, une tente dans laquelle il vit avec sa fille et d'où l'on peut même entendre ses pigeons roucouler. Il pourrait pourtant s’offrir la vie de château. La vente aux enchères de son cheptel a rapporté 3 millions d’euros. Une de ses juments reproductrices a été adjugée à elle seule 570 000 euros, un record du monde pour un tel cheval.

Des écuries aux colombiers

2 images
Plusieurs de ses chevaux se sont illustrés dans des compétitions internationales. © RTBF/Marc Hildesheim

Mais Luc Henry explique ne plus être en phase avec ce monde-là : "Aujourd’hui, les chevaux d’élevage se vendent moins bien que des embryons ou des jeunes poulains, ce qui est complètement aberrant. On est arrivé dans un monde de la spéculation, un monde de fou", s’insurge-t-il. "Les gens ont l’impression à ce moment-là qu’ils ont fait une affaire. Alors que c’est un peu comme s’ils achetaient une boîte sans connaître son contenu."

Désormais, c’est à une autre passion que Luc Henry va se consacrer : l’élevage de pigeons de compétition. Avec un objectif en tête : remporter le concours "Barcelone", la course longue distance la plus prestigieuse au monde. "On a investi massivement dans tout ce qu’il y avait de mieux au niveau pigeon européen pour gagner "Barcelone"", dévoile l’éleveur. Et s’il y a de la graine de champion parmi ses pigeons, il en fera bien sûr commerce.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK