Un ecoquartier en projet entre Spa et Creppe

Le lieu est celui dit du "Fawetay": 6 hectares de prairies, en zone à bâtir, qui appartiennent à un entrepreneur local. Il y a 15 ans, un projet de 36 parcelles s'était heurté à la pugnacité des riverains. Une lutte qui avait abouti au classement d'une allée campagnarde, bordée de tilleuls. Et surtout à l'abandon du projet.

Alors qu'est ce qui a changé aujourd'hui? L'entrepreneur semble désireux de repartir d'une page blanche. On parle d'écoquartier. Le nombre d'habitations n'est pas fixé mais il est question en tout cas de plusieurs dizaines. Des maisons à quatre ou deux façades, des appartements dans de petits immeubles, des espaces partagés: des grandes lignes sont sur la table mais rien n'est déterminé, nous dit-on.

Une médiation sur mesure

Un processus de médiation a été mis en place. Une société coopérative, spécialisée dans ce travail, organise en ce moment des réunions entre l'entrepreneur (qui a commandité cette médiation), des riverains, des représentants communaux, un géomètre, un notaire. Bref, les acteurs du dossier sont autour de la table. Cela n'empêche pas les riverains d'être très méfiants. Certains boycottent le processus de médiation, d'autres y participent mais sans être disposés à signer un chèque en blanc

La démarche de médiation est en tout cas originale et elle se multiplie ces dernières années. En terme technique, on parle "d'outils à la décision". L'avis que rendra cette société n'est contraignant pour personne. Mais il faut dire que les oppositions de riverains, les recours au conseil d'état, dans ce type de projets peuvent coûter cher aux sociétés de construction.

L'entrepreneur, lui, veut rentabiliser son terrain et les riverains souhaitent préserver leur quiétude. Le terrain d'entente est forcément très étroit.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK