Un duel franco-espagnol, Alstom contre Caf, pour le tramway liégeois

Alstom contre Compania auxiliar de Ferrocariles
Alstom contre Compania auxiliar de Ferrocariles - © Tous droits réservés

La fin septembre, c'était l'échéance pour le dépôt officielle des  offres, pour le tram de Liège.

Trois candidats s'étaient manifestés, à l'automne dernier, mais selon nos informations, ils ne sont plus que deux dans la course. Le groupe tchèque Skoda, allié à la multinationale Vinci, a jeté l'éponge. La lutte se résume donc à un duel entre les français Alstom, et le fabriquant espagnol de matériel ferroviaire Compana Auxiliar de Ferrocariles.

Lors de la première tentative de partenariat public privé qui, après de multiples tergiversations, avait fini par être annulée, le groupe CAF n'avait pas réussi à franchir la première étape de la sélection, il n'avait pas été retenu parmi les finalistes.

Pour départager les concurrents, l'aspect financier est évidemment capital, mais ce n'est pas le seul critère. Les références, les délais, et l'ingéniérie interviennent. Le projet prévoit, entre autres,  sur la portion du tracé qui traverse le centre de la ville et son coeur historique, de ne pas placer de cables électrique en aérien, pas de caténaires. Les gens d'Alstom ont depuis longtemps développé un système d'alimentation en  par le sol, avec un troisième rail. Mais les technologies évoluent, et des solutions de motrices avec batteries embarquées sont désormais disponibles. Ce qui permet de réduire le coût des infrastructures. Des solutions de ce type sont-elles envisagées ? C'est difficile à dire: le contenu concret des dossiers reste, pour l'instant, confidentiel: ils doivent à présent être  étudiés de manière approfondie par les techniciens de la société régionale des transports, qui doivent ensuite, pour la fin de cette année encore, soumettre une proposition de décision au gouvernement wallon.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK