Un déboisement au terril Sainte-Barbe pose la question de la protection de la biodiversité liégeoise

Un déboisement au terril Sainte-Barbe pose la question de la protection de la biodiversité liégeoise
4 images
Un déboisement au terril Sainte-Barbe pose la question de la protection de la biodiversité liégeoise - © Tous droits réservés

La ville de Liège compte sur son territoire dix-neuf "sites de grand intérêt biologique". Le terril Sainte-Barbe est l'un d'eux. Il s'étend sur une vingtaine d'hectares, à moins de deux kilomètres de l'hypercentre. Il n'est plus exploité depuis un demi-siècle. Et la végétation a repris le dessus, avec, dans l'une ou l'autre mare, une plante aquatique rarissime dans la région, la callitriche à crochets.

Plusieurs riverains se sont récemment émus d'un vaste déboisement en cours au pied du versant nord. C'est tout simplement la deuxième phase d'un lotissement, avec une trentaine de maisons et trois immeubles à appartements. Le promoteur a obtenu toutes les autorisations. Et pour cause: ce terrain, plus ou moins vague, est administrativement situé en zone réservée à l'habitat.

C'est le paradoxe: le statut de "site de grand intérêt biologique" n'entraîne pas de protection particulière. Or, c'est précisément en bordure du terril Sainte-Barbre que le criquet à ailes bleues, a été  repéré. C'est une espèce menacée. Et, à force de grignoter les espaces de nature, même légalement, c'est la biodiversité qui risque de régresser....

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK