Un concert-test de 400 personnes fin mars à Spa ? "Il faut des chiffres pour enfin déconfiner la culture", estime le directeur des Francofolies

Un premier concert test en Wallonie, c’est le projet lancé par le directeur des Francofolies de Spa, par ailleurs député MR, Charles Gardier. L’intention est de regrouper 400 spectateurs dans la salle du Théâtre de Spa, pour un concert du groupe Ykons;  la salle serait donc complète, avec des spectateurs assis côte à côte, avec masques.

"On doit être du côté des solutions"

Des contacts sont en cours avec l’Université de Liège pour valider un protocole.

A ce stade, ce projet n’est pas autorisé mais, pour Charles Gardier, il faut faire bouger les lignes : "le secteur culturel a vraiment besoin de perspectives ! Des concerts en extérieur, à 50 personnes, ce n’est pas des perspectives audibles pour le secteur de la culture. Et donc, on doit être du côté des solutions, venir avec des chiffres précis, des protocoles précis. Nous voulons que ces concerts-tests, qui commencent à se faire partout, puissent se faire chez nous ; on en a besoin pour pouvoir donner des perspectives à la culture.

Un besoin de données chiffrées

Tenter ce concert, sans distanciation sociale, cela présente un risque. Cela pourrait aboutir à des conclusions opposées aux intérêts des organisateurs de spectacle. "Le risque, pour le moment, insiste Charles Gardier, c’est de continuer à ne pas avoir de perspectives ; ces concerts, ils se font un peu partout en Europe, il faudra en faire de différents types. Nous, notre proposition, c’est de faire un concert-test en places assises, avec une jauge maximum, dans un lieu type "centre culturel", entre 00 et 440 places, en l’occurrence le magnifique Théâtre de Spa ; mais il faudra faire des concerts-tests debout, des spectacles-tests de différentes manières ; également dans les cinémas. Il est nécessaire de se baser sur des données chiffrées, des données précises, pour entamer le déconfinement. "

La ville de Spa a donné son accord pour le test. Le groupe Ykons s’est porté volontaire pour participer. Reste maintenant à valider le processus scientifique, des réunions sont prévues la semaine prochaine avec l’Université de Liège.

Reste aussi à obtenir un sésame officiel, sans quoi ce test serait illégal…

Un test avant d’éventuelles Francofolies ?

Charles Gardier est aussi le Directeur des Francofolies de Spa, un évènement qui attire des milliers de personnes. L’édition 2020 avait été annulée.

Alors, ce test donne-t-il des perspectives pour une édition cet été ? "Je ne me prononce pas là-dessus, commente le directeur des Francofolies, prudent. Le combat du moment, c’est clairement de travailler sur des petites jauges. On ne fera pas de grands festivals cet été si on n’a pas relancé la culture d’abord dans des petits lieux, avec des petites jauges. Chaque chose en son temps. Il faut travailler d’arrache pied pour avoir des perspectives et la culture, c’est aussi des lieux de 30, 400, 500 places. Puis ce sera 1000, 2000 places etc… Nous verrons. Ce qu’il faut ce sont des données sérieuses, des chiffres précis, une enquête scientifique. Il y a nécessité que la Belgique et la fédération Wallonie-Bruxelles se préparent en toute sécurité pour se projeter vers un déconfinement dont nous avons tous besoin. "

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK