Un chauffeur de bus du TEC condamné pour la mort d'une jeune fille à Verviers

Le chauffeur de bus n'avait pas regardé vers l'avant de son véhicule et n'avait pas vu la jeune fille qui se trouvait trois mètres devant
Le chauffeur de bus n'avait pas regardé vers l'avant de son véhicule et n'avait pas vu la jeune fille qui se trouvait trois mètres devant - © RTBF

Un chauffeur de bus du TEC Liège-Verviers a été condamné mardi par le tribunal de police de Verviers pour un accident ayant causé la mort d’une jeune fille de 15 ans. Les faits se sont passés le 26 mai 2018 à l’arrêt de bus de la Bouquette, à Verviers. La jeune fille venait de descendre du bus et a été fauchée lorsque celui-ci a redémarré.

Le chauffeur, âgé de 44 ans, écope d’une peine de 3 mois de prison avec sursis durant 1 an, 3200 euros d’amende avec sursis durant 1 an pour la moitié de celle-ci, une déchéance du droit de conduire de trois mois avec sursis durant un an pour 70 des 91 jours de la déchéance. Il devra aussi repasser les différents examens du permis de conduire, y compris ses aspects médicaux et psychologiques.

La peine de déchéance du droit de conduire pourra aussi être aménagée afin d’être prestée durant les congés de l’intéressé, de manière à ne pas lui faire perdre son emploi.

L’homme a été jugé seul responsable de l’accident, par le tribunal. Ce jour-là, la victime venait de descendre du bus. Elle s’était dirigée dans le sens de la marche du véhicule et avait quitté la zone d’herbe le long de la route pour marcher sur le tarmac. C’est à ce moment que le bus avait redémarré et fauché la jeune fille qui se trouvait alors à trois mètres devant le véhicule. Le chauffeur avait expliqué avoir regardé dans ses rétroviseurs, mais il n’avait pas regardé devant le véhicule. Or, l’expert automobile a déterminé, souligne le jugement, que le chauffeur ne pouvait pas ne pas voir la victime s’il avait regardé vers l’avant et que 2,8 secondes s’étaient écoulées entre le démarrage du bus et l’impact. Des faits attestés par des caméras de surveillance. "En tant que chauffeur professionnel, il se devait de se montrer particulièrement attentif", a également estimé le tribunal, qui a toutefois relevé le drame vécu par la famille mais aussi par le chauffeur, fortement marqué par les faits.

L’avocat de la famille de la victime, Maître Paul Thomas, a estimé que "le tribunal a reconnu la responsabilité du conducteur du bus. Il l’a reconnue pleine et entière et c’est important parce que le chauffeur du bus contestait les préventions qui lui étaient reprochées, considérant qu’il n’avait commis aucune faute. Quant à la peine, elle aurait pu me paraître équilibrée si le chauffeur avait reconnu sa faute et sa responsabilité. Mais à partir du moment où il l’a contestée, je pense que la sanction qui lui est infligée est peut-être une sanction qui ne lui permettra peut-être pas de comprendre la réalité de sa faute lourde puisqu’il l’a contestée jusqu’à la dernière minute".

L'avocat du chauffeur n'a lui pas souhaité s'exprimer pour le moment.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK