Un avis "réservé" pour le projet de parc éolien de Coo

La route des crêtes, parfois surnommée "via nova", à Trois-Ponts
2 images
La route des crêtes, parfois surnommée "via nova", à Trois-Ponts - © Engie Electrabel

Durant cet été, plusieurs communes ardennaises, Trois-Ponts, Stoumont, Lierneux et Stavelot organisent une enquête publique à propos d'un important projet du groupe Engie-Electrabel: il s'agit d'implanter six éoliennes au sommet d'une colline, le long de la "route de crête", une route tracée entre les conifères lors de la construction des bassins supérieurs de la centrale électrique de Coo.

Sans préjuger de l'accueil que les habitants vont réserver à ce dossier, un premier avis vient de tomber: il émane du Conseil Wallon de l'Environnement et du Développement Durable. Et il est "réservé".

Outre la menace sur une chouette et des chauves-souris, ces spécialistes déplorent l'absence d'une approche historique de l'occupation forestière de la zone depuis un siècle et demi. Les "sapinières" qui vont être coupées à blanc n'ont pas d'intérêt écologique. Elles sont de colonisation relativement récente. Mais une connaissance du passé permettrait de savoir comment favoriser le maintien ou le retour de mousses et de sphaignes qui, elles, sont des espèces protégées. Et la critique la plus acerbe vise la "mesure compensatoire", prévue par Engie Electrabel.

Des chênes rouges d'Amérique ? Pas question....

Une mesure compensatoire, dans le jargon de l'aménagement du territoire, c'est un geste que pose un promoteur pour dédommager des dégâts qu'il provoque. En l'occurrence, des arbres abattus vont être remplacés par des essences extra-continentales, des chênes rouges américains, qui présentent une particularité: ils sont invasifs, sur des sols acides. Ils vont donc nuire à la flore des alentours. C'est un comble.

La consultation des riverains se termine au début septembre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK