ULiège : dans un an, une clinique vétérinaire flambant neuve

Une façade en cuivre et en verre pour la future clinique vétérinaire
2 images
Une façade en cuivre et en verre pour la future clinique vétérinaire - © Bureau d'architectes Syntaxe

Une façade en verre et en cuivre et une toiture végétalisée. La future clinique vétérinaire de l’Université de Liège est en train de sortir de terre, au Sart-Tilman. Cette clinique pour animaux de compagnie et nouveaux animaux de compagnie, ultra moderne, doit devenir la vitrine de l'Université de Liège. Budget : 18 millions d’euros.

Le bâtiment est encore en chantier et la clinique ne sera opérationnelle qu'au printemps 2019. Mais, avec un peu d'imagination, on peut déjà voir chiens, chats, reptiles et volatiles, patienter dans les salles d'attente.  

Une technologie de pointe

Il y aura des bureaux à énergie passive et des chambres pour quelques étudiants. Mais le centre névralgique de cette future clinique se trouve au premier étage. Un large couloir, baigné de lumière, dessert les différents services. Joël Meersseman, architecte au bureau Syntaxe nous entraîne, direction le futur bloc opératoire. " Il y aura plusieurs salles d’opération. Les étudiants pourront les suivre en direct ou sur des écrans, dans des salles tout autour du bloc opératoire ". Les nouveaux équipements seront à la pointe de la technologie. " Nous aurons la possibilité de faire passer des scanners debout aux chevaux ", s’enthousiasme, Dominique Peeters, professeur à la faculté vétérinaire.

Il confirme qu’il est grand temps pour le changement. Aujourd’hui, les services sont morcelés. A l’avenir, tout sera concentré sur un seul site, mieux, sur un seul étage. " Cela va fortement faciliter notre travail ", se réjouit le vétérinaire.
 

Comme un véritable hôpital

La liste des spécialités traitées est longue : oncologie, cardiologie, dentisterie, ophtalmologie ou encore obstétrique, un véritable hôpital. D’ailleurs l’architecte Joël Meersseman se souvient de la consigne de départ : " nous devions considérer la santé animale avec les mêmes critères que la santé humaine ! ".

Mais une clinique pour animaux a tout de même ses spécificités. Un exemple : rapace ou rongeur, chien ou chat, chacun aura ici sa propre salle d'attente. " Il faut savoir que la fréquence cardiaque d’un chat stressé augmente très fort ", précise Dominique Peeters. " Il en va de même de sa pression artérielle et même de sa glycémie. Cela peut fausser les analyses au cours de la consultation. Il est donc essentiel de séparer les chiens des chats. "

Autre nouveauté, une installation pour reptiles qui reproduit artificiellement le cycle du jour et de la nuit. Mais les mieux lotis seront sans doute les chiens en rééducation. " Ici, ils auront une grande piscine avec un bain à bulles ", confie Dominique Peeters, tout en pointant du doigt une salle, vide pour l’instant.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK