ULiège : à cause de la pandémie, 50% d'étudiants en plus font appel à l'aide sociale

une file interminable d'étudiants pour la distribution des 350 colis alimentaires bio à l'université de Liège
2 images
une file interminable d'étudiants pour la distribution des 350 colis alimentaires bio à l'université de Liège - © Tous droits réservés

A l’Uliège, l’aide sociale a augmenté de 50% depuis le Covid. En un an, le nombre de bénéficiaires est passé de 600 à 900 étudiants. Jeudi après-midi, l’Uliège a distribué 350 sacs gratuits de produits bios aux étudiants. Et la file était impressionnante. C’est la troisième semaine que l’université organise cette distribution. La première, elle avait été un peu surprise du monde venu chercher ce colis alimentaire. Il faut dire que depuis le Covid, les étudiants ont de plus en plus de difficultés pour boucler leur budget. Et d’après la FEF, un tiers d’entre eux ont perdu leur job d’étudiant.

Achraf, étudiant en économie, travaillait comme barman. Aujourd’hui, il s’inscrit au CPAS

Pour bénéficier de ce colis alimentaire bio, il suffisait de présenter sa carte d’étudiant. Parmi eux, certains viennent pour la première fois, simplement pour pouvoir manger des fruits et des légumes sans dépenser d’argent. Certains ont de vraies difficultés à nouer les deux bouts. "C’est pas facile tous les jours en tant qu’étudiant et ça fait du bien d’avoir un soutien de l’université." déclare Clara. Cet autre étudiant est venu par manque de moyens, "crise oblige" précise-t-il. Cette étudiante de 33 ans vient de reprendre des études : "je suis maman célibataire et du coup, on roule pas sur l’or. C’est sûr que pour nous deux, c’est un peu juste. Un panier de bonne nourriture gratuite, c’est difficile à refuser." "On s’en sort pas, on n’a plus d’argent" explique Yassine, étudiant en informatique qui a perdu son job d’étudiant. Il était déménageur. Pour Elodie, 25 ans, étudiante en dernière année de psycho, "le colis, ça réduit les courses qu’on doit acheter. Je m’en sors parce que j’arrive à gérer mon argent mais c’est pas facile. Je n’ai pas encore demandé d’aide sociale mais je fais attention." Achraf, étudiant en économie, travaillait comme barman. "Maintenant, je me suis inscrit au CPAS. J’attends."

 

 

On est passé de 600 à 900 étudiants aidés par le service social de l’université

Laurence Degeimbre est directrice du service social de l’Uliège : "On a consacré à l’aide sociale individuelle, 50% de plus en 2020 par rapport à 2019, une augmentation assez conséquente. Au-delà de la population aidée habituellement, la population plus précarisée, on a vu l’émergence de préoccupations financières chez des étudiants qui jusqu’à présent, n’avaient pas besoin de pousser la porte du service social. Donc, ce sont des étudiants qui ont perdu leur travail étudiant qui leur permettait de subvenir à leurs besoins au quotidien, de payer leurs études. La plupart demandent une aide ponctuelle. On est intervenu pour payer un ou plusieurs loyers, des frais de déplacement, des rapatriements de mobilité, des dépenses du quotidien, les repas et vu les conséquences de la frise sanitaire, nous sommes intervenus pour équiper les étudiants en matériel informatique."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK