Tribunal correctionnel : six et huit ans de prison ferme pour un tabassage mortel à Spa

Tribunal correctionnel : six et huit ans de prison ferme pour un tabassage mortel à Spa
Tribunal correctionnel : six et huit ans de prison ferme pour un tabassage mortel à Spa - © Tous droits réservés

Le tribunal correctionnel de Verviers a condamné mardi Didier D. (51 ans) et Daniel E. (67 ans) à des peines de 6 et 8 ans de prison ferme pour coups et blessures ayant entraînés la mort de Loris Cucchiaro en septembre 2018 à Spa. Ils étaient également poursuivis pour traitements inhumains et vol du gsm de la victime. Sonia, qui avait assisté à la scène sans prévenir les secours du danger que courrait le quinquagénaire, écope de deux ans avec sursis.

Le 13 septembre 2018, le duo avait commencé à boire dès 9h15 du matin. En cours de matinée, Didier et Daniel avaient invité Loris, le voisin de palier de Daniel. Sonia, quant à elle, s'était également jointe au trio. Alors que le sexagénaire s'était absenté pour se réapprovisionner en alcool, Loris avait uriné dans le divan de son hôte ce qui avait provoqué la colère de Daniel qui lui avait asséné un coup de poing.

Groggy, Loris avait transporté vers son appartement avant d'être déséquilibré, vu son état second, et de tomber face contre sol. S'en était alors suivi un bizutage, comme les deux comparses l'ont dénommé, Loris subissant des traitements inhumains de la part des deux Spadois qui le laissèrent ainsi, face contre sol avec un peu de sang près du visage dans le corridor de l'immeuble avant de poursuivre leur tour des cafés.

Ils étaient revenus en cours d'après-midi à l'appartement et avaient à nouveau frappé la victime tout en poursuivant le bizutage. Repartis au centre-ville, ils avaient été interpellés pour trouble à l'ordre publique. Sonia, présente lors de l'arrestation, avaient alors prévenu les forces de l'ordre qu'un homme gisait inconscient dans un immeuble.

Loris Cucchiaro, dans un état préoccupant, avait été transporté en urgence au CHU où il allait décéder quelques heures plus tard. Les auteurs des faits ont écopé de peines plus lourdes que celles requises par le Parquet qui sollicitait 5 et 7 ans de prison.

 


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK