Tram à Liège: Vega plaide pour un financement strictement public

temporary-20160122101207
temporary-20160122101207 - © Tous droits réservés

A Liège, le tram a du plomb dans l'aile. On vous l'a annoncé il y a quelques jours, Eurostat, l'organe de contrôle budgétaire européen, a rendu un 3ème avis négatif à propos du mode de financement imaginé par la Région wallonne. Depuis, la majorité communale a lancé une pétition sur le site de la Ville pour soutenir le projet. Tous les partis représentés au conseil communal jugent d'ailleurs ce tram indispensable.

C'est notamment le cas de Véga. François Schreuer, l'unique élu des "Verts et à gauche", n'a par contre jamais été favorable à un Partenariat Public Privé (PPP), formule que vient justement de rejeter l'Europe. Il demande donc l'abandon de ce PPP, au profit d'un financement strictement public: "Le PPP présentait un avantage, c'était celui de complaire aux exigences d'austérité européennes. Il vient de perdre cet avantage. Et donc ses inconvénients qui sont d'abord et avant tout un surcoût colossal reprennent le dessus. Dès lors autant opter pour un financement public qui coûtera beaucoup moins cher.

"Nous mettons plusieurs scénarios sur la table mais on estime que raisonnablement, on peut gagner entre 300 et 400 millions d'euros en valeur de 2016 sur l'entièreté des années d'exploitation. C'est colossal. Pour donner une idée, il s'agit de pas moins de trois fois l'enveloppe Feder qui a été attribuée sur la période 2014-2020 à la Ville de Liège. Je pense qu'aujourd'hui plus rien ne justifie le PPP et il est temps de rouvrir le débat pour opter pour un financement moins coûteux".

Ce dossier du tram de Liège, il en sera question lundi soir au Conseil Communal de Liège et à celui de Herstal. Il sera aussi à l'ordre du jour de la séance plénière du Parlement Wallon mercredi prochain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK