Tournai: vote très attendu ce lundi sur l'élargissement de l'Escaut

Le Pont des Tournais, à Tournai.
Le Pont des Tournais, à Tournai. - © Tous droits réservés

Ce lundi se tient le conseil communal de Tournai. Le point n° 17 est très attendu. Il s’agit du plan d’alignement des quais dans le cadre de la mise à gabarit de l’Escaut aux bateaux de classe Va. Cela implique notamment de repenser une partie des quais, de reconstruire le pont à pont et celui du Pont des Trous.

Le point de crispation central : la largeur du quai Saint-Brice à hauteur du Pont à pont. Le département des Voies navigables de la Région plaide pour une largeur de 27 mètres. Selon les opposants, 23 mètres suffiraient.

Le PS devrait approuver le point comme un seul homme pour le projet. "J’ai demandé par trois fois s’il y avait une possibilité rationnelle de revoir la largeur de l’Escaut au quai Saint-Brice. Et par trois fois, on m’a dit que ce n’était pas possible , explique le bourgmestre en titre, Rudy Demotte (PS). "Nous ne sommes pas dogmatiques mais ce qui est dommage, c’est que le débat se limite à deux mètres de plus ou deux mètres de moins."

Le ministre wallon des Travaux publics Maxime Prévot (cdH) a encore été récemment interpellé sur la largeur de l’Escaut à hauteur du quai Saint-Brice. Il lui a été demandé si cette largeur de 27 mètres était décidée pour des raisons de fluidité du trafic fluvial ou de sécurité.

"La sécurité de la navigation et la fluidité du trafic fluvial sont intimement liées, et les experts de mon administration m’ont bien confirmé que la sécurité et la fluidité ont été envisagées et analysées dans le cadre de la mise à gabarit de l’Escaut", explique le ministre. "L’élargissement du quai Saint-Brice au droit du pont-à-pont à une largeur de 27 mètres est nécessaire pour assurer la sécurité du trafic fluvial, tout en garantissant une fluidité de ce trafic à la fois compatible avec le contexte urbain de la traversée de Tournai, et avec les objectifs d’une voie d’eau intégrée au réseau à gabarit européen. Cette largeur ne sera pas modifiée. Il en va d’une question de responsabilité civile de sinistre."

Paul-Olivier Delannois ajoute : "Le PS tournaisien n’a pas décidé de la largeur de l’Escaut, mais j’estime que ce projet apporte une plus-value fantastique pour les Tournaisiens."

Geoffroy Huez chef de groupe PS, glisse à son tour : "La position du ministre est claire. Et on ne transige pas en matière de sécurité. Si nous avions eu des doutes, cela aurait été autre chose. Mais là, les arguments tiennent la route et les aménagements sont acceptables."

Le MR, partenaire du PS à Tournai, ne s’est pas encore positionné officiellement sur le dossier, mais la majorité des élus devrait voter contre. Les libéraux ont même commandé une nouvelle étude sur la traversée de Tournai, dont les résultats ne devraient pas être dévoilés avant ce lundi.

Du côté de la minorité, les groupes Ecolo et Tournai Plus n’ont pas encore dévoilé leur position.

Par contre, au cdH, c’est clair : ce sera non. "Ces 27 mètres sont imbuvables, et nous l’avons aussi dit au ministre wallon de tutelle, Maxime Prévot. Et je vois certains venir. Ce n’est pas parce que c’est un ministre cdH que nous devons tout accepter avec le doigt sur la couture du pantalon. Il faut avoir le courage d’être des politiques tournaisiens", lance le chef de file Jean-Marie Vandenberghe. "Les explications du SPW ne nous convainquent pas. C’est tout. Dans le doute donc, nous préférons ne pas soutenir un projet qui ne nous convainc pas. Nous voulons une alternative moins traumatisante pour Tournai."

Si le projet passe tel quel, les recours seront inévitables. La saga est loin d’être terminée…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK