Tourisme dans les Cantons de l'Est : l'été du siècle ?

Le lac de Butgenbach, lieu de villégiature par excellence dans les Cantons de l'Est
3 images
Le lac de Butgenbach, lieu de villégiature par excellence dans les Cantons de l'Est - © RTBF Philippe Collette

Dans les Cantons de l’Est, la morosité du secteur touristique suite au confinement du printemps laisse aujourd’hui place à une certaine euphorie : le bilan du mois de juillet est tout simplement exceptionnel, annoncent les opérateurs touristiques locaux, bien au-dessus des espérances. Certains vont jusqu’à évoquer l’été du siècle ! Restaurateurs, hôteliers, gérants de campings, de gîtes et de sites de loisirs, le secteur touristique des Cantons de l’Est serait en train d’effacer les pertes du printemps ; la région est en effet prise d’assaut depuis début juillet suite au déconfinement progressif, à tel point qu’il devient difficile aujourd’hui de trouver un logement dans les Cantons de l’Est si l’on ne réserve pas à l’avance. " Les logements pour l’instant affichent quasi complet, explique Sandra Detaye, directrice de l’Agence du Tourisme des Cantons de l’Est, on a un taux d’occupation qu’on n’a jamais vu en juillet dans les Cantons de l’Est ; la météo est très bonne et les gîtes par exemple sont vraiment pris d’assaut."

Le vélo superstar!

 

La formidable nature et ses multiples facettes ainsi que le développement des infrastructures d’accueil pour les cyclistes et les randonneurs sont les atouts principaux de la région. Le cyclisme, avec ou sans moteur, a véritablement explosé sur les nombreux tronçons Ravel aménagés avec soin, telle la Vennbahn, comme en témoigne le dernier comptage qui fait état de 400.000 cyclistes par an pour tous les Ravel, mais aussi sur l’imposant réseau points nœuds pour vélos ; par ailleurs, les nouveaux produits instaurés par l’Agence du Tourisme des Cantons de l’Est connaissent aux aussi un fameux succès : "nous avons pris une licence pour le Stoneman, précise Sandra Detaye, c’est une boucle de 176 kilomètres à VTT, très sélective, avec 3.400 mètres de dénivelé positif, réservée clairement à des sportifs chevronnés dont le challenge est de couvrir cette boucle en un, deux ou trois jours ; les cyclistes doivent pointer à certains endroits pour prouver leur passage et reçoivent une pierre d’or, d’argent ou de bronze ; on a commencé le 4 juillet et il y a déjà eu 500 inscrits et surtout, ça a permis d’attirer un tout nouveau public jamais venu chez nous."

150 à 200% de Belges en plus

 

Les chemins de randonnée sont eux aussi fréquentés comme jamais, notamment dans la Réserve Naturelle des Hautes Fagnes du côté de Botrange et la Baraque Michel ; là-bas, il est parfois malaisé de se croiser sur les caillebotis qui traversent le paysage fagnard.

Fidèles à la région, les touristes allemands et hollandais ont été rejoints en juillet par une véritable cohorte de Belges. Clairement, l’afflux de touristes nationaux a fait gonfler les chiffres de fréquentation dans le secteur : " c’est le marché intérieur belge que nous ciblons en premier lieu, argumente Sandra Detaye ; la fréquentation des touristes allemands et hollandais est restée stable, par contre pour les Belges, on constate une croissance importante que l’on estime à 150 voire 200 pourcents de plus !"

Pour ce qui est des sites préférés des visiteurs, le plateau des Hautes Fagnes est évidemment très prisé, mais aussi les deux lacs, Butgenbach (où le Centre de Worriken est archi-complet) et Robertville dotés de très belles plages, de même que les vallées de l’Amblève et surtout de l’Our ; la ville de Malmedy constate un afflux de touristes incroyable et dans le Nord des Cantons de l’Est, Eupen voit également son succès augmenter tout comme les décors campagnards de Raeren, Lontzen et Hauset. Une région où les touristes réservent volontiers un logement non pour y rester en permanence, contrairement au Sud des Cantons, mais plutôt pour rayonner à Aachen ou Maastricht tout proches par exemple.

Ce premier bilan à mi-été dans les Cantons de l’Est réjouit donc tout le secteur mais, prévient Sandra Detaye, "il faut rester prudent : avec le virus, tout peu très vite basculer." En attendant, ce qui est pris, n’est plus à prendre.

Château de Reinhardstein à Waimes, dans notre série "Perles d'été"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK