Tolérance zero pour la détention de cannabis dans les festivals de l'arrondissement de Liège

La tolérance zéro sera appliquée dans les festivals de l'arrondissement de Liège en cas de détention de stupéfiants : cocaïne, drogues synthétiques, champignons hallucinogènes mais également cannabis. C'est ce qu'a annoncé ce lundi le Parquet de Liège, dans le cadre de sa politique criminelle spécifique et géographique en matière de détention de stupéfiants.

L'année dernière, la détention de cannabis était encore autorisée jusqu'à trois grammes. Ce ne sera désormais plus le cas comme l'explique Catherine Collignon, 1er Substitut du Procureur : " Depuis le 6 septembre 2017 un arrêté royal prévoit que, quelle que soit la quantité détenue de cette drogue, il s'agit d'un délit. Auparavant il s'agissait d'une contravention. Dès lors, la personne interceptée en possession d'un simple joint, d'un gramme ou de trois grammes de cannabis, se verra proposer une transaction."

Une décision justifiée par le fait que cette drogue, très prisée des jeunes festivaliers, conjuguée à la consommation d'alcool, peut avoir des conséquences très néfastes tant sur la santé de ceux-ci que sur la sécurité publique en général, des débordements n'étant pas à exclure.

Les montants des transactions concernant le cannabis, considéré comme drogue "douce", s'élèveront de 25 euros à 200 euros, en fonction de la quantité. Pour la cocaïne et les drogues synthétiques, la transaction peut monter jusqu'à 300 euros.

En 2017, année où cette nouvelle politique spécifique a été mise en place, 90% des transactions qui ont été proposées aux contrevenants ont été payées. "Rappelons qu'il faut être cohérent par rapport à une politique criminelle", ajoute Catherine Collignon, "c'est-à-dire que toute transaction refusée d'emblée ou acceptée mais non payée, fera l'objet d'une citation devant le tribunal correctionnel. Les peines encourues sont, soit des peines de prison, soit des peines de travail."

Ces mesures seront d'application dès ce jeudi 5 juillet, jour d'ouverture du festival "Les Ardentes". Les contrôles seront effectués à l'entrée du festival mais aussi sur l'ensemble du site par des agents de la brigade judiciaire liégeoise spécialisée dans la détention et le trafic de stupéfiants.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK