Tempête Ciara: contre-la-montre engagé pour une fleuriste liégeoise

Les couvreurs contrôlent que rien n'a bougé la nuit.
4 images
Les couvreurs contrôlent que rien n'a bougé la nuit. - © RTBF - Marc Mélon

Une fleuriste de Fexhe-Le-Haut-Clocher a vu le toit de son magasin se plier pendant le passage de Ciara. Le stock a été touché. A quelques jours de la Saint-Valentin, c'est un vrai coup dur. Mais assureurs, nettoyeurs, couvreurs, tout le monde est intervenu le plus rapidement possible pour que le magasin puisse enfin accueillir les amoureux du coin.

J'ai vu mon toit se replier en deux

Dimanche, en début de soirée, les vents violents ont provoqué des dégâts importants chez cette fleuriste de Fexhe-Le-Haut-Clocher. En quelques instants, Céline Danloy s'est dit qu'elle allait tout perdre: "Vers 17 heures 30, j'étais dans ma cuisine -j'habite juste à côté du magasin-, je regarde dehors, et je vois mon toit qui se replie en deux. Là, tout s'est enchainé très vite, on a essayé de téléphoner aux pompiers, malheureusement, très difficiles d'accès. Quand les éléments se déchainent comme ça, on se sent vraiment tout petits" témoigne-t-elle.

Une intervention rapide des couvreurs

Dimanche soir, des couvreurs sont intervenus pour prendre les premières mesures urgentes. Adrien Lantin est l'un d'eux: "Dimanche soir, nous étions présents vers 19 heures pour essayer de sauver au maximum l'intérieur. Mais avec le vent, on ne savait pas faire plus. On est donc intervenus hier matin pour bâcher. Aujourd'hui, on fait un petit tour de contrôle pour voir si tout va bien et pour voir si rien n'est parti pendant la nuit".

Place au nettoyage

Depuis dimanche soir, il faut nettoyer dans tous les coins. Joëlle Danloy est venue aider sa fille: "Hier, nous avons vidé tout. Aujourd'hui, ce sont les messieurs qui venaient bouger le plafond. Et là, nous allons renettoyer, repréparer, pour ouvrir demain. Nous allons travailler très tard certainement aujourd'hui afin que tout soit prêt pour demain".

La Saint-Valentin, c'est une partie de notre année

A quatre jours de la Saint-Valentin, il faut en effet accélérer le mouvement pour accueillir les clients. Car, comme le souligne Céline Danloy, le jour de la Saint-Valentin est un gros jour pour les fleuristes: "C'est quand même une partie de notre chiffre sur l'année, donc si on rate la Saint-Valentin, c'est une partie de notre année qui est perdue. Mais on sera prêt. S'il faut travailler nuit et jour, on travaillera nuit et jour, mais on va y arriver. Il n'y a aucun souci".

Petit à petit, le magasin reprend des couleurs. Il reste un peu moins de 24 heures pour que tout soit impeccable.

Sujet du journal télévisé du 10/02/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK