Suspension de la production du Boeing 737 Max: la société liégeoise Safran Aero Boosters impactée

Suspension de la production du Boeing 737 Max: la société liégeoise Safran Aero Boosters impactée
Suspension de la production du Boeing 737 Max: la société liégeoise Safran Aero Boosters impactée - © Google maps

Aux Hauts-Sarts, la société Safran Aero Boosters fait le gros dos. L'ex-Techspace Aero doit digérer la décision de Boeing de suspendre la production de son appareil 737 Max, dont une partie du moteur est fabriqué à Herstal. Une décision prise après que deux de ces nouveaux modèles se soient écrasés. Des crash qui ont tué 346 passagers.

Mais cette période de turbulence se fera sans suppression de personnel. Un accord est intervenu entre direction et syndicats.

L‘entreprise herstalienne a décidé de ralentir sa production. Pourtant, il s'en est fallu de peu qu'une centaine de contrats à durée déterminée passent à la trappe, côté ouvriers. Stefano Scibetta, délégué FGBT: "Au niveau des ouvriers, nous avons 96 CDD. Et la direction avait l'intention de licencier ces 96 CDD. Nous avons refusé cette demande de la direction. Nous avons préféré faire fonctionner la solidarité entre les travailleurs, c'est-à-dire faire du chômage économique".

Car former des ouvriers, ça prend énormément de temps et ça a une réelle valeur ajoutée. C'est un des arguments mis en avant par les syndicats: "La formation dure plusieurs mois. Pour nous, il était donc hors de question de se séparer des CDD et de les rappeler dans quelques mois. Si ça se trouve, plusieurs auront retrouvé du travail, on aurait donc dû reformer du personnel. Et si on doit redémarrer directement à 100%, le fait de reformer des nouveaux CDD aurait entraîné un ralentissement sur la production".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK