Supprimer l'orthographe, pour écrire sans panique ?

Un livre de François-Xavier Nève, aux éditions Now Future
Un livre de François-Xavier Nève, aux éditions Now Future - © Tous droits réservés

Un éminent linguiste liégeois tente de relancer l’alfonic. Cet alphabet phonologique, inventé voici une cinquantaine d’années, a pour ambition de décomplexer les enfants ou les jeunes étrangers qui paniquent à l’idée de devoir écrire le français sans faute. Comme l’explique François-Xavier Neve, qui vient de publier un livre à ce sujet, "le principe est simple : je parle donc j’écris ; dans l’alfonic, une lettre correspond à un son, et un son correspond toujours à la même lettre. L’alphabet latin comporte vingt-six lettres. Or la langue française compte trente-six sons, trente-six phonèmes distinctifs différents. Il a donc fallu trouver des correspondances, et l’alfonic n’utilise que les caractères des claviers classiques des ordinateurs ou des vieilles machines à écrire".

Cette méthode supprime l’orthographe pour mieux y arriver : "Quand vous apprenez à conduire une voiture, vous ne prenez pas le volant pour aller directement au rond-point des Champs-Elysées, puis rouler sur une autoroute, non, vous commencez un dimanche sur une aire de stationnement déserte à circuler entre des bidons, sans danger, et quand vous maîtrisez les rudiments du pilotage, vous arrivez sur route. L’alfonic, c’est une manière progressive de se libérer de la panique d’écrire sans faute."

Et selon François-Xavier Nève, ça fonctionne. Comme professeur d’université, désormais émérite, il a notamment supervisé plusieurs expériences pédagogiques. Et les gens qui ont appris à écrire en alfonic ont ensuite une orthographe légèrement supérieure à la moyenne. L’homme est connu pour avoir formalisé la grammaire de la langue des signes, et au cours de sa carrière, il a beaucoup travaillé avec des sourds et des malentendants, pour qui l’orthographe est d’autant plus complexe qu’ils ne perçoivent pas les sons. D’où son expertise sur les rapports entre les signes et les phonèmes…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK