Stéphane Moreau a conclu une transaction pénale dans le dossier Tecteo/Ogeo

Il n’y aura pas de procès en correctionnelle dans le dossier Tecteo/Ogeo. Le Vif l’a annoncé ce matin sur son site internet. Mi-décembre, la chambre du conseil de Liège a en effet homologué les transactions pénales sollicitées par Stéphane Moreau et par Marc Beyens, son ex-bras droit à la tête du fonds de pension Ogeo. Ils sont ainsi les deux derniers à avoir transigé avec la justice dans ce dossier.

L’affaire Tecteo/Ogeo est une de celles qui avaient été mises au jour au cours de l’enquête lancée après une dénonciation anonyme reçue par la justice en octobre 2008. La lettre évoquait diverses malversations.

Dans le volet Ogeo, il était notamment question d’arrangements frauduleux entre le fonds de pension et la banque UBS. En octobre 2017, le parquet général de Liège avait demandé le renvoi en correctionnelle de huit personnes. Depuis, deux, les dirigeants actuels d’Ogeo, avaient obtenu un non-lieu et quatre autres avaient conclu une transaction pénale. C’est donc aussi le cas maintenant pour les deux derniers inculpés dont Stéphane Moreau.

Le procureur général de Liège, Christian De Valkeneer, n’a voulu ni donner le montant de la transaction, ni s’exprimer sur cette décision.

La transaction pénale permet d’éviter un procès et une éventuelle condamnation, mais pas une mention au casier judiciaire de l’intéressé des causes de l'extinction des poursuites, ce qui peut peser en cas de futur procès. Ce n’est pas sans importance pour Stéphane Moreau qui, début 2020, a déjà conclu dans le dossier concernant des irrégularités au sein de la société de logement du plateau à Ans et qui reste concerné par d’autres dossiers. Le parquet général de Liège indique qu’ils suivent leurs cours, un an et demi de travail serait encore nécessaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK