Stavelot : une enquête publique et une motion de soutien à propos de l'aérodrome de Spa

Parachutistes sur l'aérodrome de Spa
Parachutistes sur l'aérodrome de Spa - © RTBF - Martial Giot

L’aérodrome de Spa est doublement dans l’actualité à Stavelot. Une enquête publique y est organisée depuis ce lundi 13 janvier et jeudi le Conseil communal examinera une motion de soutien à l’aérodrome.

Depuis des années, Spadel conteste l’activité de l’aérodrome. Pour le minéralier, le survol de la zone des sources d’eau minérale naturelle de Spa fait courir un risque à ces dernières.

Le 9 septembre dernier, l’aérodrome a obtenu un permis d’exploitation valable 20 ans. Spadel a alors introduit un recours auprès du gouvernement wallon. C’est dans ce cadre et parce qu’un stavelotain conteste lui aussi le permis qu’une enquête publique est organisée à Stavelot. Patrice Lefèbvre est l’échevin stavelotain du tourisme : "C’est à la demande des ministres qui veulent vérifier en quelque sorte qu’il n’y a pas de protestation parmi la population à l’égard des activités de l’aérodrome de Spa." L’enquête publique est organisée uniquement à Stavelot car les habitants de Spa et de Jalhay avaient, eux, déjà été consultés avant l’octroi du permis. Elle se clôturera le 11 février.

La seconde actualité, c’est donc la motion qui sera présentée au Conseil communal jeudi. "Nous avons été invités par la commune de Spa à nous positionner par rapport à la défense de l’aérodrome.", explique l’échevin Patrice Lefèbvre, "C’est vrai que c’est un outil touristique important qui rayonne sur l’ensemble de la région par les activités de parachutisme, mais aussi par l’aviation de tourisme. Et puis sa proximité par rapport au circuit de Francorchamps qui se trouve, je le rappelle, presque intégralement sur la commune de Stavelot, en fait un outil important dans le domaine de la mobilité, en particulier lors des épreuves les plus importantes : le championnat du monde d’endurance, les 24 heures de Francorchamps et, bien sûr, le Grand-Prix de Formule 1."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK