Stavelot: travailler pour financer son voyage scolaire

Le collège Saint-Remacle de Stavelot
Le collège Saint-Remacle de Stavelot - © Collège Saint-Remacle

Parmi les activités où les enfants peuvent souffrir de freins financiers, il y a les voyages scolaires. Et pourtant, ces sorties sont encadrées par une circulaire très précise. Une circulaire qui interdit aux écoles de priver un enfant de voyage scolaire pour motif financier, mais dans les faits, cela arrive.

Pour ne pas faire du motif financier un critère d'exclusion, certaines écoles utilisent des techniques variées. Exemple au Collège Saint-Remacle de Stavelot, où nous avons rencontré Marc Beco, le directeur du degré inférieur: "Nous avons un fonds de solidarité qui permet aux élèves d'accéder toujours aux voyages obligatoires prévus par l'école" explique-t-il. "Et d'autre part, nous avons aussi la possibilité de faire travailler les étudiants à l'école sous contrat de travail. Une possibilité qui s'offre à tous les étudiants qui ont des difficultés financières. Ici, nous n'en avons pas beaucoup. Nous en avons plus ou moins deux ou trois par année. Ce travail, cela représente une vingtaine d'heures".

Un travail qui est déterminé en fonction des compétences, du temps prévu mais aussi des souhaits des élèves: "Si l'élève veut travailler dans le jardin, dans l'hôtellerie, au service de la collectivité, tout est discuté avec lui afin de savoir dans quel domaine il va pouvoir travailler".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK