Stabilité pour les déchets traités et première européenne pour Intradel

A Hannut, l'expérience pilote de sacs mauves P+MC arrive bientôt à l'heure des conclusions et d'une généralisation du système
A Hannut, l'expérience pilote de sacs mauves P+MC arrive bientôt à l'heure des conclusions et d'une généralisation du système - © RTBF

La quantité de déchets traités par Intradel connaît une certaine stabilité. 521.000 tonnes en 2016 contre 517.000 en 2015. Cela représente 507 kilos par an et par habitant, tout type de déchets inclus. Des chiffres qui connaissent aussi des disparités entre les communes puisqu'il y a les bons et les moins bons élèves en matière de tri.

Avec moins d'un pour cent de déchets collectés en plus que l'année précédente et un peu moins qu'en 2014, c'est la stabilité qui caractérise ces dernières années. Mais quand on regarde le hit-parade des communes où les habitants jettent le moins de déchets ménagers dans leurs poubelles, ce sont les communes où un système de doubles conteneurs est en place qui trustent la première moitié du classement. A l'inverse, celles qui utilisent les sacs payants sont les moins bien classées.

" Si la moyenne est de 136 kg par an et par habitant, les communes qui sont au sac payant sont à 179 kg alors que celles qui sont au conteneur gris pour les résiduels et au conteneur vert pour les déchets organiques sont à 102 kilos ", précise Luc Joine, directeur général d'Intradel.

Parmi les meilleurs élèves en termes de quantité de déchets ménagers résiduels, Baelen, Olne et Herve, pour 68 à 70 kg par an et par habitant. Parmi les moins bons, Dison, Verviers et Liège, pour 181 à 199 kg de déchets. Et pourtant, une ville n'est pas obligatoirement synonyme de faible tri. Seraing, malgré les critiques des premiers temps, apparaît comme un exemple en la matière : " La Ville de Seraing, qui a aussi beaucoup d’écoles et beaucoup de commerces, est passée de 210 kg par an et par habitant à 123 kilos en termes de déchets ménagers résiduels, grâce à la mise en place des doubles conteneurs et de conteneurs collectifs pour ces déchets ".

Efforts poursuivis

67 pc des déchets traités par Intradel sont recyclés ou réutilisé. 30 pc connaissent une valorisation énergétique via l'incinération. Seuls 3 pc sont enterrés. Il faut aussi savoir que les communes qui sont encore au sac payant devront changer d'ici 2025. Un décret wallon les y obligera.

Les tonnages de déchets sont donc bons. Une stabilité qui se retrouve aussi dans la part de déchets qui sont soit recyclés, soit réutilisés après réparation par exemple. Des chiffres qui n'arrêtent pas les efforts puisque 18 communes, essentiellement dans l'arrondissement de Huy-Waremme, viennent de lancer une collecte des papiers et cartons via des conteneurs individuels. Quant aux déchets organiques, Intradel lance en première européenne une nouveauté pour les conteneurs collectifs en milieu urbain. C’est ce qu’explique Marie-Christine Nossent, directrice chez Intradel : " Nous avons un taux de recyclage/réutilisation de 67 pc. Les objectifs européens annoncés dans l’avant-projet de prochaine directive tournent autour de 65 à 70 pc, donc nous avons des résultats extrêmement performants. Il y a aussi une nouveauté pour la collecte des déchets ménagers par conteneurs collectifs. La collecte par double conteneur pose certains problèmes en milieu urbain, pour certains types d’habitats. Nous avons donc déployé des conteneurs collectifs, hors sol, où les citoyens peuvent accéder avec un badge, mais qui pèsent les dépôts. Donc cette année, pour la première fois, nous venons d’en implanter 55. Il y en aura une centaine à terme. Cela permet aux citoyens de n’avoir qu’un conteneur chez eux, c’est-à-dire celui du contenu organique, et de pouvoir aller quand ça les arrange au conteneur collectif pour les déchets résiduels. Et comme leurs déchets sont pesés à chaque ouverture, il y a une équité entre les citoyens ".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK